Jean Dolent 1835-1909, écrivain, critique d’art et collectionneur Contenu abonnés


Auteur : Pierre Pinchon

Issu d’une thèse de doctorat brillamment soutenue en 2007 à l’Université de Paris I sous la direction d’Eric Darragon, cet ouvrage passionnant s’inscrit dans un renouveau d’intérêt pour l’histoire de la critique d’art perceptible, certes, depuis une vingtaine d’années, mais auquel l’adhésion de jeunes chercheurs donne depuis peu un regain de vitalité, et tout particulièrement en France, avec le sérieux et la rigueur qui caractérisent notre école d’histoire de l’art. S’agissant de Jean Dolent, la tâche était ardue si l’on pense à la singularité du personnage, « amoureux d’art », collectionneur, « héros » rêvé d’une carrière officielle jamais réalisée, animateur d’un salon qui le faisait qualifier louangeusement de « Mallarmé de Belleville » et, surtout, auteur à l’originalité unique par la forme et d’une modernité qui frappe encore le lecteur. La difficulté de s’attaquer à un tel sujet n’avait pas échappé au professeur Jean-Paul Bouillon, premier directeur pressenti, qui avait douté de sa « faisabilité », comme on dit aujourd’hui, et qui a reconnu lors de la soutenance que le pari, très improbable, avait été pourtant tenu. Il fallait donc un talent tout particulier pour triompher d’un sujet aussi difficile et d’un personnage complètement hors normes et l’on ne peut que rendre hommage à Pierre Pinchon d’avoir atteint le but : chaque thèse est une épreuve, tous les docteurs le savent ; il en est qui sont plus éprouvantes que d’autres par la résistance du sujet. On s’incline devant ce travail impeccable et qui livre la personnalité et l’œuvre inclassables de Dolent, celui qui disait de lui-même : « vivre sans bruit console de vivre sans gloire ».

Qualifier Dolent de « critique d’art » est évidemment une simple facilité de langage pour aborder la vie et l’activité décalées d’un homme aussi difficile à cerner : autant dire que cette recension ne sera qu’un bref aperçu étant donnée la densité de la recherche de Pierre Pinchon et le caractère particulier de son sujet. …

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture, t. III, Les conférences au temps de Jules Hardouin-Mansart, 1699-1711

Article suivant dans Publications : La première restauration du château de Blois : Lettres de Félix Duban à Jules de la Morandière (1843-1870)