Jean-Baptiste Frénet (1814-1889), peintre et photographe Contenu abonnés


Auteur : Michel Régnier

jpg-couverture_frenet-2-jpgEntre christianisme et mysticisme, Jean-Baptiste Frénet se rapproche par bien des points de son ami Louis Janmot. Tous deux lyonnais, tous deux pénétrés du sentiment d’être incompris de leurs contemporains, d’ailleurs non sans raisons, ils sont l’auteur d’une œuvre inégale, mais dont les réussites devraient leur valoir une place dans l’histoire de l’art religieux du XIXe siècle. Janmot est, depuis les travaux d’Elisabeth Hardouin-Fugier, largement réhabilité. Frénet attend encore au purgatoire. Le livre de Michel Régnier, espérons-le, contribuera à l’en faire sortir.

Elève d’Ingres, il est, comme lui, adepte des déformations anatomiques. Il pousse d’ailleurs celles-ci jusqu’à la caricature, comme en témoignent les bourreaux de l’extravagant Martyre de Sainte Agathe (collection privée,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Renoir et l’Algérie

Article suivant dans Publications : Nouvelles acquisitions du département des peintures du Musée du Louvre