Ivoires de la Renaissance et des Temps modernes. La collection du musée du Louvre Contenu abonnés


Auteur : Philippe Malgouyres

Comme l’explique l’auteur dans l’introduction de ce très beau catalogue, la collection d’ivoires du Louvre postérieurs à 1450 s’est construite essentiellement grâce à des dons, sans politique d’ensemble. Pratiquement aucune pièce n’a été achetée par le musée. Contrairement aux œuvres byzantines et médiévales, elle ne possède donc pas de cohérence d’ensemble. Plus grave encore, une grande partie n’étant pas exposée dans les salles échappa à l’attention des chercheurs et resta méconnue.
La parution de ce livre est donc un événement. Il permettra de redécouvrir beaucoup d’objets remarquables, qui relèvent tout autant de la sculpture que des arts décoratifs.
On soulignera d’abord la qualité de l’édition et des illustrations, chaque objet étant souvent photographié sous plusieurs points de vue. Il est cependant dommage de ne pas les reproduire systématiquement dans leur taille d’origine quitte à en montrer aussi des détails agrandis. S’il est inévitable de réduire des œuvres trop grandes pour tenir sur une page, l’agrandissement fausse la perception de l’objet. Comme tous les catalogues du Louvre, celui-ci bénéficie bien sûr des annexes indispensables, index, bibliographie et tables de correspondance.

Beaucoup d’œuvres demeurant anonymes, il était difficile d’adopter un classement par auteurs. Le livre est donc organisé par type d’objet, respectivement statuettes et groupes, reliefs, pièces de forme (soit les chopes et cylindres, vases et boîtes), coutellerie, poires à poudre et accessoires de l’armement, Afrique et Asie1 et Varia. Si cette manière de procéder possède des avantages comme de permettre la comparaison entre objets proches, elle a aussi certains inconvénients puisque sont ainsi séparés des ivoires d’inspiration comparable, voire dus aux mêmes artistes, comme la paire représentant Bacchus et Mercure (ill. 1) de l’atelier du dieppois Jacques-Nicolas Biard2, dans la section statuettes et la paire de vases portant la même attribution qui se trouve dans le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Ouvrages reçus en novembre 2010

Article suivant dans Publications : Hans Haug, homme de musées. Une passion à l’œuvre