Interview du Prince Adam Karol Czartoryski, fondateur de la Fondation des Princes Czartoryski Contenu abonnés


Le Prince Adam Karol Czartoryski nous a accordé un entretien à l’occasion de la présentation à Cracovie des résultats de la photographie multispectrale de la Dame à l’Hermine de Léonard de Vinci, fleuron de la collection du Musée Czartoryski de Cracovie (voir brève du 13/11/07).

JPEG - 73.1 ko
1. Le Prince Adam Karol Czartoryski
Photo : D. Rykner
Voir l'image dans sa page

Pouvez-vous nous rappeler en deux mots l’histoire de votre collection, qui est aussi un peu celle de votre famille ?

La collection a commencé avec Izabela Czartoryska (1746-1835) et après cela, tous les membres de la famille, jusqu’à mon père, ont collectionné à leur tour. Au départ, l’objectif était d’éviter que l’art polonais ne disparaisse, puis les motivations ont évolué et chacun a rassemblé des choses différentes. Par exemple, le petit fils d’Izabela a acheté le Léonard de Vinci, ainsi que le Raphaël qui est aujourd’hui perdu. Un autre a eu l’autorisation de faire des fouilles sur le Forum romain et a eu ainsi le droit de conserver une partie des objets trouvés.Vous pouvez voir maintenant ces objets au musée archéologique. J’ai créé un site qui explique l’histoire de la collection et de chaque membre de ma famille qui a contribué à la créer.
En 1945, la collection a été confisquée, et l’ensemble nous a été rendu en 1991, année où j’ai créé la fondation.


Combien d’objets ont disparu ?

JPEG - 41.3 ko
2. Raphaël (1483-1520)
Portrait de jeune homme, vers 1511
Huile sur panneau - 72 x 56 cm
Autrefois Cracovie, Czartoryski Muzeum
Tableau disparu pendant la Seconde Guerre Mondiale
Voir l'image dans sa page

A l’heure actuelle, il manque encore plusieurs centaines d’objets, volés ou disparus pendant la Seconde Guerre Mondiale. Parmi eux, le plus connu est le Raphaël. On ne sait pas où il est. Après la chute de Berlin, de nombreux objets ont commencé à sortir et d’autres ressortiront. Il y a des collections privées dont on ne connaît pas le contenu, et où il peut y avoir des objets volés. Si un jour le fils ou le petit-fils du collectionneur actuel vend un tableau qui nous appartient, on pourra peut-être le récupérer.

Justement, vous est-il arrivé d’en retrouver, et avez-vous pu les récupérer ?

On a récupéré trois objets, dont le dernier est un beau tableau de Jan Mostaert. Un tapis Shah Abbas…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Le Musée des Beaux-Arts de Gand a réouvert ses portes en mai dernier

Article suivant dans Musées : Inaliénabilité : quelques faits