Interview de Jack Lang à propos de l’inclusion des œuvres d’art dans l’ISF Contenu abonnés


L’ancien ministre de la Culture de François Mitterrand nous rappelle les raisons pour lesquelles il s’est toujours opposé à l’inclusion des œuvres d’art dans l’assiette de l’impôt sur la fortune.

Vous avez toujours milité pour l’exonération des œuvres d’art de l’assiette de l’impôt sur la fortune, pour quelles raisons ?

Je crois que l’exception culturelle que j’ai contribué à définir et à revendiquer depuis 1981 est une et indivisible. Elle se traduit par des textes, des lois spéciales, que ce soit en faveur du livre avec le prix unique, des auteurs ou des artistes. Elle se traduit aussi par des régimes fiscaux d’encouragement pour l’investissement dans l’audiovisuel et le cinéma (SOFICA). L’exonération d’impôt pour les œuvres d’art, que nous avons décidé depuis 1981, fait partie de cette exception culturelle.

Quelle est l’importance pour vous des collections privées ?

Je ne suis pas collectionneur et si tout le monde était comme moi ce serait un désastre pour la vie…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Interview de Jean-Jacques Aillagon à propos de l’inclusion des œuvres d’art dans l’ISF

Article suivant dans Musées : Lettre ouverte aux parlementaires à propos de l’inclusion des œuvres d’art dans l’ISF