International Arts and Crafts Contenu abonnés


L’exposition est actuellement présentée à l’Indianapolis Museum of Art (du 25 septembre 2005 au 22 janvier 2006). Elle a été montrée auparavant à Londres, Victoria & Albert Museum, jusqu’au 24 juillet 2005, et le sera ensuit au Fine Arts Museum of San Francisco (18 mars 2006 - 18 juin 2006).

jpg-couverture_arts_crafts-jpg Puisque bien souvent maintenant l’enchantement d’une exposition se termine aux marches du temple où abondent catalogues, livres et produits dérivés variés, je commencerai ce commentaire de l’exposition londonienne par la boutique qui vient clore le parcours de l’exposition International Arts and Crafts. Qui souhaite l’originalité et la touche british trouve là de quoi satisfaire toutes ses envies : les détournements en tous genres (et à tous prix), non dénués d’une touche d’humour britannique, dans une présentation enfin claire et dynamique s’offrent à vous. Le rayon librairie n’est pas mal non plus, fort correctement approvisionné et garni de toutes les plus récentes publications : celle qui accompagne la manifestation, mais aussi nombre de livres, et de catalogues ayant abordé récemment le sujet. Parmi cet ensemble varié où bien souvent les recueils d’images priment les commentaires, se trouve le séduisant catalogue de l’exposition de 2004, du Los Angeles County Museum of Art, The Arts and Crafts Movement in Europa and America. En feuilletant cet ouvrage d’un format modeste et d’une présentation relativement austère, mais d’une rigueur scientifique qui semble exemplaire, se précise, par contraste, le malaise éprouvé au fil des salles que l’on vient d’abandonner : l’exposition londonienne, dans sa volonté encyclopédique et internationale, ne serait-elle pas passée à côté de son but, et, à vouloir embrasser trop de temps et trop de lieux, n’étreindrait-elle pas mal son sujet ? Même s’il est toujours hasardeux de délimiter un mouvement et d’en retracer la destinée protéiforme (ce qui avait été une réussite les années précédentes avec les expositions Art Nouveau et Art déco), les options des organisateurs ne trahissent-elles pas la connaissance que nous en avons sans la remplacer par une nouvelle approche convaincante ?

Que l’Angleterre figure en ouverture avec un maximum d’œuvres, plus particulièrement issues des collections du musée où a lieu l’exposition, ne…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Art Nouveau & Design, 1830-1958. Les arts décoratifs de 1830 à l’Expo 58

Article suivant dans Expositions : Joshua Reynolds : The Creation of Celebrity