Intérieurs romantiques. Aquarelles 1820-1890


Cooper-Hewitt, National Design Museum, New York. Donation Eugene V. et Clare E. Thaw.

Paris, Musée de la Vie Romantique, du 10 septembre 2012 au 13 janvier 2013.

JPEG - 49.3 ko
1. Caspar Obach (1807-1868)
Un salon, probablement à Stuttgart, années 1850.
Aquarelle, peinture et graphite sur papier - 25,4 x 38,4 cm
Photo : Cooper-Hewitt, National Design Museum,
Smithsonian Institution

A parcourir l’exposition de l’Hôtel Scheffer-Renan, on découvre qu’il a existé en ces années romantiques (et même pré - et post -) à travers l’Europe, dans les milieux patriciens, un genre pictural prisé des heureux propriétaires de belles demeures, genre que l’on baptise faute de mieux « portrait d’intérieur », feuilles d’aquarelles le plus souvent reliées à la manière des keepsakes du temps. A y bien réfléchir l’expression « portrait d’intérieur » s’avère totalement adéquate puisqu’il s’agit de conserver, par aquarelles d’artistes ou d’amateurs talentueux interposées, le souvenir de lieux chéris et de ceux qui les habitèrent. Un véritable memento vivi, selon la très subtile expression de Daniel Marchesseau1. Car salles d’apparat, de bal, salons ou boudoirs, défilent devant nos yeux parés de leurs teintes tantôt violentes, tantôt apaisées, à l’image de leurs propriétaires. Et il n’est que de remarquer dans l’agencement des pièces la marque de chacun : ainsi tel salon de Stuttgart reflète-t-il dans son sobre bon goût une élégance dont le pinceau de Caspar Obach (1807-1868) permet de saisir l’harmonieux ordonnancement de l’espace, éclairé par de grandes baies aux voilages diaphanes, et suffisamment aéré pour qu’un coin salon parfaitement aménagé trouve place dans une salle, par ailleurs largement libérée de tout mobilier superflu (ill. 1) ; rien de semblable avec l’austère salon de Louise Cochelet (1785-1835) peint par elle-même : s’ouvrant sur le lac de Constance, la pièce dont le centre est occupé par un guéridon acquiert, technique de la grisaille aidant, l’aspect quasi monacal d’une cellule – certes confortable (ill. 2) ; avec le salon particulier de la reine Victoria peint en août 1848 par James Roberts (v. 1800-1867) c’est ici la surcharge qui…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Suzanne Lalique-Haviland, le décor réinventé

Article suivant dans Expositions : Les carrosses de Versailles exposés à Arras