Inaliénabilité : le combat ne fait que commencer Contenu abonnés


JPEG - 29 ko
Raphaël (1483-1520)
La Vierge de Lorette, vers 1510
Huile sur panneau - 120 x 90 cm
Chantilly, Musée Condé
Voir l'image dans sa page

Depuis le 23 octobre, le ministre de la Culture a rendu officielle la demande d’un rapport à Jacques Rigaud sur, je cite, « l’aliénation des œuvres des collections publiques ». Christine Albanel y emploie l’expression : « faire respirer les collection publiques ». On retrouve la rhétorique classique qui consiste à employer des termes valorisants pour en réalité recouvrir exactement l’inverse de ce que l’on dit. On cherche rarement à faire respirer quelqu’un que l’on veut tuer.

Il est donc temps de se préparer à cette bataille qu’il faudra mener sans faiblesse. Nous devrons tous agir pour empêcher ce qui menace d’être l’une des plus grandes…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Vérités et mensonges

Article suivant dans Éditorial : « La responsabilité d’un grand musée »