Histoire de l’art, patrimoine, écologie... et éoliennes Contenu abonnés


La Tribune de l’Art s’intéresse régulièrement, et peut-être davantage encore depuis quelques mois, à la défense du Patrimoine tel qu’on le définit à l’occasion des Journées qui ont lieu, comme tous les ans, à la mi-septembre. Il nous semble en effet qu’il est impossible de dissocier l’histoire de l’art de la protection de son objet. L’histoire du vandalisme de Louis Réault, récemment remis à jour par Michel Fleury et Guy-Michel Leproux est un ouvrage terrifiant qui recense par centaine des chefs-d’œuvre architecturaux disparus parfois récemment sous la pioche des démolisseurs, la plupart du temps avec la complicité passive ou active d’un Etat dont le rôle serait pourtant de veiller à l’intérêt général et à l’intégrité des monuments historiques. Souvent, c’est même l’Etat qui tient le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Vous voulez voir Rubens ? Vous aurez Toutânkhamon

Article suivant dans Éditorial : Vérités et mensonges