Hidalgo lance une attaque simultanée sur sept places parisiennes


La persévérance avec laquelle, la municipalité parisienne dirigée par Anne Hidalgo s’acharne sur le patrimoine parisien (ou le laisse s’écrouler) est absolument ahurissante. Chaque jour ou presque amène une nouvelle catastrophe, et samedi prochain la maire de Paris a décidé de prendre un peu d’avance sur son planning en lançant sept chantiers d’un coup : le réaménagement de sept places ! Parmi elles, sont citées expressément la Bastille, la place de la Nation et le Panthéon. On sait qu’il faut y ajouter la place de la Madeleine, nous ne connaissons pas encore les trois autres victimes.


JPEG - 390.3 ko
1. Socle de la statue de la place de la République
État le 22 mai 2015
Photo : Didier Rykner
JPEG - 505.8 ko
2. Lion de Léopold Morice sur la base de la statue
de la place de la République
État le 22 mai 2015
Photo : Didier Rykner

JPEG - 460.3 ko
3. Lieu « ludique et festif », la place de la République est
désormais en permanence ornée de structures provisoires
État le 22 mai 2015
Photo : Didier Rykner

Car la mairie de Paris, championne de l’auto-promotion, explique sans rire dans un communiqué que « deux ans après son inauguration, plébiscitée par les Parisiens qui en ont démultiplié les usages, [la place de la République] est devenue un emblème de la reconquête de l’espace public ». On ne sait auprès de quels Parisiens s’informe Hidalgo, mais tous ceux que nous connaissons constatent que le massacre de la place de la République l’a transformée, qui plus est, en un espace à la fois laid, sale et dégradé. On y ajoutera la ridicule transformation de la statue et de son très beau socle orné de sculptures en bronze – seul vestige de l’aménagement d’origine - en « monument à Charlie » tagué et vandalisé. Qu’on ne se trompe pas : nous avons, nous aussi, manifesté le 11 janvier. Mais en quoi ce vandalisme débile, qui n’est pas loin de ressembler au phénomène des cadenas sur les ponts, honore-t-il en quelque manière les victimes du terrorisme ? On imagine la tête de Cabu voyant cela… Si la mairie n’est pas responsable directement, elle l’est de ne rien faire pour remettre le lieu en état.

L’aménagement de la place de la République a pris les associations de cours ; nul doute que la dénaturation programmée de cet sept autres lieux parisiens insignes ne sera pas aussi facile à mener. Il est temps que le ministère de la Culture prenne ses responsabilités et fasse appliquer les lois protégeant le patrimoine. Il n’existe pas une place de Paris parmi celles auxquelles elle veut s’attaquer qui ne soit monument historique ou en co-visibilité avec des monuments protégés, voire les deux à la fois. Nous ne laisserons pas faire, et les associations non plus.


JPEG - 390.7 ko
4. Place de la Concorde
État le 18 juin 2015 après-midi
Photo : Didier Rykner
JPEG - 364.5 ko
5. Place de la Concorde
État le 17 juin 2015 après-midi
(avec, en prime, la publicité géante)
Photo : Didier Rykner

JPEG - 428.8 ko
6. Place de la Concorde
État le 17 juin 2015 après-midi
Photo : Didier Rykner

Entendre Hidalgo dire qu’elle « veut offrir aux Parisiens des places qui sont de véritables lieux de rencontre, des espaces à vivre » prenait une résonance particulièrement savoureuse aujourd’hui mercredi 17 juin pour quiconque se promenait sur la place de la Concorde, l’une des plus belles de Paris, une des plus belles villes du monde. En nous rendant à la superbe exposition Adolfo Wildt à l’Orangerie – à voir absolument ! – nous avons pu constater l’état effroyable de saleté de cette place. On ne sait quelle « activité ludique » s’est déroulée ici, mais elle a transformé l’endroit en dépotoir et sûrement pas en « espace à vivre ». Au moins faudrait-il envoyer immédiatement des employés municipaux nettoyer ces immondices. Deux heures plus tard, ceux-ci étaient toujours là, et ils y sont encore, probablement. On se demande ce que les touristes étrangers pouvaient penser en voyant cela. Paris sous Hidalgo est en réalité la poubelle ville du monde !


Didier Rykner, mercredi 17 juin 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Du bon usage des droits de réponse

Article suivant dans Éditorial : L’urbanisme parisien désormais dépourvu de protection véritable