Hercules Segers Contenu abonnés


Amsterdam, Rijksmuseum, du 7 octobre 2016 au 8 janvier 2017

JPEG - 155.9 ko
1. Hercules Segers (vers 1589/1590-1633/1640)
Vallée de montagne et champs clôturés, 1625-1630.
Eau forte et pointe sèche, pinceau
Dresde, Staatliche Kunstsammlungen
Photo : Staatliche Kunstsammlungen
Voir l'image dans sa page

« Et qui n’est chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre »1... Les œuvres de Segers se succèdent, similaires et pourtant différentes (ill. 1 et 2). Le Rijksmuseum, en collaboration avec le Metropolitan de New York2 organise la première rétrospective consacrée à ce peintre et graveur de l’Âge d’or hollandais que Rembrandt admirait au point de posséder plusieurs de ses peintures et une plaque de gravure. La Maison de Rembrandt se penche en même temps sur « Les charmes de Segers : Rembrandt et les modernes »3.

C’est l’occasion de faire le point sur la connaissance d’un œuvre peint et gravé relativement restreint non parce que l’artiste a peu créé, mais parce qu’il reste méconnu. Les commissaires ont découvert plusieurs tableaux dans des collections privées qu’ils attribuent à Segers, quelques estampes également. Le - petit - nombre des tableaux qui lui sont aujourd’hui donnés passe ainsi de douze à dix-huit. L’ouvrage en deux volumes qui accompagne cette exposition est très probablement un outil scientifique précieux. La version anglaise était encore en cours d’impression au moment de l’inauguration de l’exposition et l’on ne peut donner plus de précisions à son sujet.

JPEG - 110.6 ko
2. Hercules Segers (vers 1589/1590-1633/1640)
Vallée de montagne et champs clôturés, 1625-1630.
Eau forte et pointe sèche, pinceau
Amsterdam, Rijksmuseum
Photo : Rijksmuseum
Voir l'image dans sa page

La vie d’Hercules Segers garde des zones d’ombres. Né à Harlem vers 1589-1590, il se forma à Amsterdam auprès de Gillis van Coninxloo, et y mourut entre 1633 et 1640, après avoir séjourné à Utrecht et à La Haye. Sa mort prématurée explique sans doute que certaines de ses gravures inachevées et conservées dans son atelier se soient retrouvées sur le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Le Grand Condé. Le rival du Roi-Soleil ?

Article suivant dans Expositions : Otto Dix - Le retable d’Issenheim