Henri IV à Fontainebleau. Un temps de splendeur Contenu abonnés


Fontainebleau, Château du 7 novembre 2010 au 28 février 2011

Il y a trois ans, Henri IV était maltraité à Fontainebleau par la restauration de la Cour des Offices qu’y menait alors les Monuments Historiques sous la direction de l’architecte en chef Jacques Moulin (voir notre article). Si les dégâts sont encore visibles, fort heureusement le contexte a totalement changé. Jacques Moulin a été remplacé et, en ce cinq-centième anniversaire de sa mort, le premier des Bourbons est enfin honoré comme il se doit par un château qu’il a beaucoup aimé et où il a laissé des traces fort nombreuses.


JPEG - 114.4 ko
1. Porte du Baptistère
Château de Fontainebleau
Photo : Didier Rykner
JPEG - 150.8 ko
2. Galerie des Assiettes
Château de Fontainebleau
Photo : Didier Rykner

Outre la cour des Offices (également connue sous le nom de Quartier Henri IV), il y fit en effet construire la Porte du Baptistère (ill. 1) qui ferme la Cour Ovale et entreprit de nombreux autres travaux dont on voit parfois encore les résultats aujourd’hui, même si certains comme le Jardin de l’Etang, la galerie des Chevreuils ou le bâtiment de la Volière n’ont pas survécu au passage du temps. S’ils ont également souffert, les décors peints ont en partie résisté au point que c’est bien au château de Fontainebleau que l’on peut aujourd’hui découvrir la peinture monumentale sous Henri IV, les autres grands décors (au Louvre, aux Tuileries ou à Saint-Germain) ayant été détruits comme nous le rappelle Vincent Droguet, le commissaire dans le catalogue.

Avant d’entrer dans l’exposition, le visiteur est d’ailleurs amené à parcourir la galerie des Assiettes (ill. 2) où une partie du décor peint de la Galerie de Diane, dû à Ambroise Dubois et Jean Dhoey et détruit sous le Premier Empire, fut remonté sous Louis-Philippe. Transposés sur toile, ces éléments sont en mauvais état de conservation mais donnent une idée de ce qu’était cette grande entreprise que l’on connaît également par des aquarelles de Charles Percier.


JPEG - 79.3 ko
3. Attribué à Ambroise Dubois (1543-1614)
Gabrielle d’Estrées en Diane, vers 1595
Huile…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Plusieurs expositions à ne pas rater, à voir ou dont on peut se passer

Article suivant dans Expositions : L’Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIIIe siècle