Gérard Seghers. Un peintre flamand entre Maniérisme et Carvagisme Contenu abonnés


Valenciennes, Musée des Beaux-Arts, du 6 mai au 21 août 2011.

Nous parlons souvent - et nous le ferons de plus en plus - des restaurations d’œuvres d’art. Il peut arriver que celles-ci soient inutiles, effectuées pour satisfaire le goût actuel pour des tableaux très (trop ?) nettoyés, et même parfois qu’elles nuisent aux objets qui n’ont rien à gagner d’interventions trop drastiques.
Ce n’est pas le cas de celle qui a permis de ressusciter le retable de Gérard Seghers, La Vierge à l’enfant apparaissant à saint Eloi et saint Joseph (ill. 1) du Musée de Valenciennes, et qui est le prétexte de cette exposition.


JPEG - 102.4 ko
1. Gérard Seghers (1591-1651)
Saint Eloi aux pieds de la Vierge à l’enfant
Huile sur toile - 251 x 191 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMN/S. Maréchalle
Voir l'image dans sa page
JPEG - 103.7 ko
2. Gérard Seghers (1591-1651)
Saint Eloi aux pieds de la Vierge à l’enfant, à l’issue du nettoyage
Huile sur toile - 251 x 191 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

Cette toile a, en effet, souffert de bien des vicissitudes. Acquise en 1838 par la fabrique de l’église Saint-Géry pour remplacer le triptyque de Saint-Etienne de Rubens déposé au musée pour des raisons de conservation, elle fut endommagée dans un incendie en 1859 et acquise par la ville. Roulée à une date inconnue (soit avant, soit après son entrée au musée), elle était parvenue jusqu’à nous dans un état très problématique (ill. 2). En 2004, alors qu’elle n’avait plus été exposée depuis 1932 et qu’il n’en existait aucune photographie ancienne, fut prise la décision de la restaurer. Il était temps, car l’œuvre n’était plus présentable et menaçait même de disparaître corps et biens, des pans entiers de matière picturale étant sur le point de tomber.
La restauration fut effectuée entre 2004 et 2008 à Versailles, sous la direction du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, par Nathalie Houdelinckx et Emmanuel Joyerot, restaurateurs spécialisés, la première en couche picturale et le second en support…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Les épées au Musée de Cluny et les armures au Musée de l’Armée

Article suivant dans Expositions : Richelieu à Richelieu. Architecture et décors d’un château disparu