Georgia O’Keeffe Museum : trois œuvres s’en vont, une autre arrive


JPEG - 50.8 ko
Georgia O’Keeffe (1887-1986)
Les Granges, Lac George, 1926
Huile sur toile - 53,3 x 81,9 cm
Santa Fé, Georgia O’Keeffe Museum
Photo : Christie’s

27/5/16 - Acquisition - Santa Fé, Georgia O’Keeffe Museum - Un musée doit-il vendre le chef-d’œuvre d’un artiste afin d’acquérir plusieurs peintures représentatives de sa carrière et combler ainsi les lacunes de sa collection ? C’est heureusement une question que les musées n’ont pas à se poser en France. Au États-Unis en revanche, il leur est possible de se défaire des œuvres qu’ils sont censés pourtant « conserver ». C’est ce qu’à fait le Georgia O’Keeffe Museum à Santa Fé (Nouveau-Mexique) : en novembre 2014, il s’est séparé de trois peintures, notamment de la célèbre Jimson Weed / White Flower n°1 adjugée 44,4 millions de dollars par Sotheby’s... Cela lui a permis d’acheter tout récemment un autre tableau, pour 3,3 millions de dollars, dans une vente de Christie’s le 19 mai dernier à New York.
Le sujet, très peu évoqué dans les collections du musée si ce n’est par une toile de 1928, permet de montrer que l’artiste n’a pas étudié que des fleurs toute sa vie. Ces Fermes au bord du Lac George ont été peintes en 1926 ; elle les représenta plusieurs fois au cours des étés qu’elle passa entre 1918 et 1934 dans la famille de son mari, le photographe Alfred Stieglitz, au bord du Lac George dans l’État de New York. Elle réduit sa composition a des plans de couleurs subtilement graduées, le noir intense des murs ressortant sur le ciel gris clair et sur le sol rythmé de bandes vertes et beiges, tandis qu’à gauche une note rouge réveille l’ensemble.

Le Walkert Art Center de Minneapolis et le San Diego Museum of Art conservent chacun une peinture de l’artiste dans laquelle la disposition des bâtiments est la même, O’Keeffe varie seulement le jeu des couleurs : sur l’une elles sont plus délavées, sur l’autre elles sont plus contrastées grâce à la neige qui recouvre le toit et le sol.
La grange - souvenir de son enfance dans une ferme du Wisconsin - est un motif qui revient à plusieurs reprises dans sa production, qu’elle soit au bord du lac George ou ailleurs.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, vendredi 27 mai 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux paysages donnés à la National Gallery

Article suivant dans Brèves : Polémique autour d’une souscription au Royaume-Uni