Georges Michel, miniatures et acquisitions d’art graphique : trois expositions de la Fondation Custodia


Paris, Fondation Custodia, du 29 janvier au 29 avril 2018.

JPEG - 318.6 ko
1. Antoine Vestier (1740-1824)
Portrait d’homme inconnu
Aquarelle sur ivoire - 3,9 x 3 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page

La Fondation Custodia présente jusqu’à la fin du mois d’avril trois expositions qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte. De la première, nous ne dirons rien car nous en avons déjà parlé lors de son étape burgienne (voir l’article). Il s’agit de la rétrospective Georges Michel qui se déploie avec bonheur dans les salons du premier étage. La deuxième est consacrée à la collection de miniatures de la Fondation, à l’occasion de la parution de son catalogue raisonné. La troisième enfin présente une sélection des acquisitions d’art graphiques depuis l’arrivée de Ger Luijten à la tête de l’institution en juin 2010.

Nous avons trop peu parlé ces dernières années des acquisitions de la fondation. Celles-ci sont extraordinaires mais difficiles à suivre tant elles sont nombreuses. Et Ger Luijten est tellement occupé à enrichir les collections que communiquer sur ses achats n’est pas sa préoccupation principale, malgré nos constantes relances. Nous n’épargnerons pas les qualificatifs face à la qualité de ce qu’il montre aujourd’hui. On ne peut s’empêcher de comparer le cabinet des Arts Graphiques du Louvre et la Fondation Custodia, les deux seules institutions parisiennes vraiment actives sur le marché du dessin1 et la confrontation est édifiante : la Fondation Custodia achète beaucoup et bien.

JPEG - 342.9 ko
2. Jeanne Doucet de Suriny (active en 1791-1823)
Portrait de femme inconnue
Aquarelle sur ivoire - Diamètre : 6,9 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page

Et Custodia n’achète pas seulement des gravures, pas seulement des dessins, pas seulement des tableaux (Ger Luijten a considérablement enrichi, par exemple, la collection de paysages du XIXe siècle). Il achète aussi des miniatures comme on peut donc le voir dans une exposition qui nous a fait aimer cet art que nous connaissons mal. Sur 105 numéros de son catalogue, pas moins de 25, soit presque un quart ont été achetés depuis son arrivée en 2010, 26 si l’on ajoute le Portrait de Caspar David Friedrich par Alphonse de Labroue acquis en commun avec son prédécesseur Maria van Berge-Gerbaud avant que celle-ci ne quitte officiellement ses fonctions (voir la brève du 6/4/10).

Il est intéressant d’analyser ces achats de miniatures, pour constater qu’outre leur qualité, ceux-ci sont le résultat d’une véritable politique. Sur les 26 nouvelles acquisitions, 23, soit l’essentiel, sont des miniatures françaises, ce qui a permis de faire passer cette partie de la collection de 16 à 39. Elle a donc plus que doublé.
C’est ainsi qu’un Portrait d’homme inconnu par Antoine Vestier (ill. 1), acquis de Nathalie-Lemoine Bouchard Fine Art, est venu rejoindre du même artiste un Portrait d’officier et que de nombreux artistes ont fait leur entrée dans la collection : Jean-Laurent Mosnier, Jean-Jacques Thérèsa de Lusse, Charles-Paul-Jérôme Bréa, Jeanne Doucet de Suriny (ill. 2), Christophe Guérin, Louis Abel, Louis-François Aubry, Nicolas Jacques, Jean-Pierre-Frédéric Barrois, Pierre-Édouard Dagoty, Paul-Louis Gomien (ill. 3) ; deux œuvres), Josué Dollfus (deux œuvres) et Jean-Baptiste Thévenet, tous peintres spécialisés en miniatures qui étaient absents jusqu’à présent du fonds de Custodia. D’autres miniatures, dues à des peintres faisant parfois une incursion dans ce genre, ont également été acquises (outre Antoine Vestier) : le Portrait de Madeleine Denise de La Fagerdie de Laval par Piat-Joseph Sauvage qui réalise ici un trompe-l’œil en petit, un Portrait de femme inconnue par le lyonnais Antoine Berjon (ill. 4) ou encore le Portrait de Charles-Henri Delacroix (le frère d’Eugène), par Henri-François Riesener, son oncle. Grâce à ces achats, la collection de miniatures de la Fondation Custodia, déjà conséquente, prend encore une autre dimension.


JPEG - 333.3 ko
3. Paul-Louis Gomien (1798-1840)
Portrait d’homme inconnu en costume oriental
Aquarelle sur ivoire - 14,2 x 10,2 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page
JPEG - 353 ko
4. Antoine Berjon (1754-1843)
Portrait de femme inconnue
Aquarelle sur ivoire - Diamètre : 8 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page

Les dessins et les estampes, enfin, ne constituent, malgré la richesse de ce qui est présenté, qu’un échantillon des acquisitions depuis huit ans. Si aucun livre n’a été publié, un catalogue électronique a été mis en ligne ici.
Là encore, on est frappé par la qualité des feuilles exposées. Rappelons que Ger Luijten n’a pas de comité d’acquisitions : il peut décider seul, rapidement, ce qui est un avantage évident pour acheter vite et bien, à condition d’avoir son talent.


JPEG - 357.4 ko
5. Allemagne, XVIe siècle
Enfant regardant par la fenêtre
Burin - 40,9 x 27 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page
JPEG - 326.8 ko
6. Wallerant Vaillant (1623-1677)
Memento Mori, vers 1660-1675
Manière noire - 23,2 x 17 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page

Nous nous contenterons de reproduire ici quelques-uns des plus beaux dessins, après avoir remarqué que les gravures ne sont pas moins importantes, comme celle-ci, allemande du XVIe siècle, représentant un Enfant regardant par la fenêtre (ill. 5), en trompe-l’œil, dont l’auteur reste inconnu, ou un Mémento Mori, manière noire de Wallerant Vaillant, ou encore la seule gravure jamais réalisée par Pieter Brueghel l’ancien, La Chasse aux Lapins.


JPEG - 313.6 ko
7. Jean-Achille Bénouville (1815-1891)
Vue du lac de Nemi avec la ville de Genzano
à l’arrière-plan
, vers 1845
Aquarelle, gouache, pierre noire, plume, encre brune - 37,5 x 56,3 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page
JPEG - 373.1 ko
8. Léon Cogniet (1794-1880)
Reflets de lune sur la mer
Fusain, rehauts de craie blanche - 25 x 25 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page

Des deux dessins d’Achille Bénouville, nous reproduirons la Vue du Lac de Nemi (ill. 7), superbe aquarelle achetée chez un marchand berlinois en 2010. Un autre paysage (ceux-ci sont nombreux dans la sélection) est une feuille étonnante de Léon Cogniet dont on connaît peu d’œuvres de ce genre, représentant des Reflets de lune sur la mer (ill. 8), acquise en 2015 chez Talabardon et Gautier.


JPEG - 485.9 ko
9. Jean-Léon Gérôme (1824-1904)
La Mort du Maréchal Ney, 1867
Graphite - 21 x 32 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page

JPEG - 312.9 ko
10. Louis Lamothe (1822-1869)
Autoportrait au chevalet, vers 1859
Graphite, rehaut de gouache blanche - 30,4 x 23,4 cm
Paris, Fondation Custodia
Photo : Fondation Custodia
Voir l'image dans sa page

On verra aussi dans cette exposition les quatre dessins de Gerrit van Honthorst acquis chez Nicolas Schwed (voir la brève du 9/6/15), une très belle feuille de Gérôme (ill. 8), étude pour la Mort du Maréchal Ney, qui répond à l’achat d’une estampe anglaise du XVIIIe siècle montrant le célèbre Soldat mort anonyme, sans doute un napolitain du XVIIe siècle, de la National Gallery. Il est rare qu’un achat de la Fondation Custodia ne réponde à une autre acquisition ou à une œuvre déjà présente dans les collections, qu’elle ne complète un ensemble ou ne vienne combler un vide avec pertinence. C’est à cela qu’on reconnaît une véritable politique et non une simple accumulation. Signalons encore un superbe Autoportrait (ill. 10) de Louis Lamothe, préparatoire à un tableau du Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Nous aurions aimé parler de chacune de ces œuvres lors de leur entrée dans la collection. Il est impossible ici de tout dire, mais elles trouveront leur place dans notre base de données des acquisitions que nous commencerons bientôt. En attendant, nous ne pouvons qu’encourager nos lecteurs à se précipiter Fondation Custodia. Entre Georges Michel, les miniatures et les dessins, ils ont beaucoup à admirer.


Karen Schaffers-Bodenhaus, Portrait miniatures in the Frits Lugt Collection, Fondation Custodia, 2018, deux volumes, 277 p. et 143 p., 75 €. ISBN : 9781912168101.


Informations pratiques : Paris, Fondation Cusotida, 121 rue de Lille, 75007 Paris. Tel : + 33 (0)1 47 05 75 19. Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 12 h à 18 h. Tarif : 10 € (réduit 7 €).
Site internet de la Fondation.


Didier Rykner, lundi 2 avril 2018


Notes

1Nous n’oublions pas l’École des Beaux-Arts, qui se débrouille aussi fort bien grâce à sa société des amis du dessin, mais à échelle bien moindre néanmoins.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Tintoret. Naissance d’un génie

Article suivant dans Expositions : Napoléon. La Maison de l’Empereur