Georges de Lastic. Le Cabinet d’un amateur, collectionneur et conservateur Contenu abonnés


Paris, Musée de la Chasse et de la Nature et Senlis, Musée de la Vènerie, du 7 décembre 2010 au 14 mars 2011.

Clermont-Ferrand, Musée d’art Roger-Quillot, du 4 octobre 2011 au 5 février 2012.

Un homme deux expositions, Georges de Lastic (1927-1988), conservateur et collectionneur, mérite pleinement d’être célébré dans les deux lieux qui ont marqué sa vie professionnelle. Après des études à l’école du Louvre, où il consacre son mémoire de fin d’études à François Desportes, le peintre des chasses de Louis XIV, Georges de Lastic prend la direction du musée de la Vénerie à Senlis en 1955, puis celle du musée de la Chasse et de la Nature en 1962. A la tête de ces deux établissements, il entreprend d’importants chantiers de muséographie et enrichit les collections, soit par des achats judicieux, soit en négociant des dépôts de l’Etat. A Senlis, il conduit le projet d’installation du musée de la Vénerie dans le château royal, récemment acquis par la ville. Ce vaste domaine, en plein cœur de la cité, bordé par l’enceinte gallo-romaine, comprend les vestiges de l’ancien palais capétien et les restes du prieuré Saint-Maurice, composés du dortoir des moines et du logis prieural. De ce dernier bâtiment, édifié au début du XVIIIe siècle, Georges de Lastic voit tout le parti qu’il peut tirer pour son musée. Dans cette belle demeure seigneuriale, le conservateur montre l’étendue de son talent de décorateur et la sûreté de son goût. C’est sans doute grâce à ce travail, qu’il connaît et apprécie, que l’industriel François Sommer conçoit l’idée d’engager Georges de Lastic pour son futur musée de la chasse à Paris. Pendant les années que durent les travaux de réhabilitation de l’hôtel de Guénégaud, chef-d’œuvre de François Mansart, Georges de Lastic est associé à toute la conduite du chantier. Son œil est prédominant dans les choix décoratifs et artistiques qui aboutiront à l’ouverture du musée en 1967. Esthète et historien, Georges de Lastic le reste autant dans son domaine professionnel que sur le plan personnel, ce qui le conduit à constituer une collection privée qui est mise à l’honneur dans le cadre de la double exposition présentée au Musée de la Vénerie à Senlis…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Segantini

Article suivant dans Expositions : Franz Xaver Messerschmidt (1736-1783)