From Homer to the Harem. The Art of Jean Lecomte du Nouÿ Contenu abonnés


Auteur : Roger Diederen

jpg-couverture_lecomte-jpgDes peintres comme Luc-Olivier Merson, Paul Baudry ou Jean-Paul Laurens, s’ils se situent résolument dans une voie poursuivant la tradition de la peinture d’histoire, opposée à celle conduisant à la « modernité », ont un style pictural parfaitement identifiable, qui permet de les situer immédiatement dans leur époque et dans leur génération, celle des artistes nés dans les années 1840-1850.
Lecomte du Nouÿ (1842-1923), leur exact contemporain, est né vingt ans trop tard. On a pu dire de lui1 que c’était « Ingres qui fait du Gérôme », remarque perspicace qui définit assez justement sa manière, plus proche de celle des élèves d’Ingres ou des peintres « académiques » nés dans les années 1820, dont certains furent ses maîtres (Gérôme, Charles Gleyre, Bouguereau, ...). Même si l’on considère Lecomte du Nouÿ comme un néo-grec, classification exacte mais réductrice, il vient vingt ans après les peintres représentatifs de cette tendance.
Roger Diederen, à qui l’on doit ce beau catalogue, remarquablement documenté, de l’exposition qui s’est tenue récemment au Dahesh Museum of Art2 où il est conservateur, n’ignore rien des paradoxes de cette carrière. Il est également conscient que Lecomte du Nouÿ n’a de nos jours pas bonne réputation, son art étant considéré comme une quintessence de l’art improprement appelé pompier. Mais il traite son sujet en historien de l’art, comme s’il s’agissait de n’importe quel artiste reconnu, sans condamnation injustifiée ni réhabilitation excessive. En procédant ainsi, en analysant la vie et les œuvres, dont beaucoup sont détruites, perdues ou peu visibles, il rend à Lecomte du Nouÿ, malgré ses faiblesses, le statut d’un peintre dont la production montre parfois de grandes qualités formelles ou imaginatives.
L’ouvrage est divisé en deux grandes parties, outre le catalogue sommaire. La première résume la vie de l’artiste et analyse les œuvres, la seconde approfondit les thèmes principaux, la peinture d’histoire et la peinture orientaliste, « de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Die Götter Griechenlands. Peter Cornelius (1783-1867). Die Karton für die Fresken der Glyptothek in München aus der Nationalgalerie Berlin

Article suivant dans Publications : Bourdelle