Fragonard and the Fantasy Figure. Painting the Imagination Contenu abonnés


Auteur : Melissa Percival

JPEG - 44.9 ko
1. Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)
Portrait de l’abbé de Saint-Non, 1769
Huile sur toile - 80 x 65 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN/ Daniel Arnaudet
Voir l'image dans sa page

L’œuvre de Fragonard s’apparente souvent à une succession de défis lancés à la sagacité des historiens de l’art. Rares en effet sont les tableaux qui ne suscitent doutes et interrogations quant à leur attribution, leur datation, leur provenance ou encore leur interprétation. Les « figures de fantaisie » – terme sous lequel on a pour habitude de regrouper une quinzaine de portraits de même format1 montrant des personnages vus à mi-corps, vêtus de costumes du siècle précédent – en sont sans doute l’exemple le plus probant (ill. 1).

Melissa Percival, Senior Lecturer à l’Université d’Exeter, s’intéresse depuis longtemps à la question du portrait au siècle des Lumières2. En témoignent par exemple ses études plus spécifiquement centrées sur Madame Vigée Le Brun3 et sur Fragonard. On retrouvera d’ailleurs dans l’ouvrage dont il est question ici, certaines idées et même certains passages des articles qu’elle a consacrés au Portrait de jeune fille en costume espagnol de la Dulwich Picture Gallery4 et plus généralement aux portraits d’acteurs5.

Si Fragonard and the Fantasy Figure n’apporte pas de révélations fracassantes, il ne s’agit pas non plus – et heureusement – de ces commentaires surinterprétatifs qui finissent par brouiller la vision des œuvres plus qu’ils ne les éclairent. Ce livre, bien illustré et doté d’un index détaillé, se présente plutôt comme une réflexion sur le portrait dit « de fantaisie » au XVIIIe siècle, ses sources multiples, et le jeu que cette mise en scène particulière sous-entend entre l’artiste, son modèle et le spectateur.

Dans un premier temps, sont rappelés les maigres éléments dont nous disposons quant à la provenance de chacune de ces œuvres et la façon dont elles furent perçues lorsqu’elles commencèrent à réapparaître dans la seconde moitié du XIXe…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 4 au 10 juillet 2012

Article suivant dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 11 au 20 juillet 2012