Fra Angelico, Botticelli... Chefs-d’œuvre retrouvés Contenu abonnés


Chantilly, Musée Condé, du 6 septembre 2014 au 4 janvier 2015.

L’Orangerie du Musée Condé, récemment aménagée, se trouve sur le domaine et ne déroge donc pas à l’interdiction de prêter que le duc d’Aumale avait mise comme condition à sa donation ; cela lui permet désormais de disposer d’une vraie salle d’exposition.

Cette impossibilité de prêter rend plus difficile pour Chantilly d’obtenir en retour des œuvres des musées internationaux. Il privilégie donc les manifestations organisées autour de ses collections. Celle qu’il propose actuellement, petite mais de belle qualité, est consacrée à des œuvres italiennes des Tre et Quattrocento, tableaux et dessins. Quelques peintures provenant d’autres musées complètent heureusement cet accrochage avec un objectif : tenter, lorsque cela est possible, de reconstituer des ensembles dispersés. On sait, en effet, que tout au long du XIXe siècle, alors que les primitifs commencent à être redécouverts par le marché, les polyptyques ont été souvent démembrés pour vendre les panneaux séparément. Certaines œuvres ont même été découpées, comme un panneau de Fra Angelico dont nous avons déjà eu ici l’occasion de dire l’histoire lors de la vente d’un fragment retrouvé (voir la brève du 6/9/12). Le tableau entier représentait une Thébaïde, soit une juxtaposition de scènes érémitiques regroupées dans un même paysage.
Par une chance extraordinaire, les commissaires, Nathalie Volle et Michel Laclotte, ont réussi à obtenir le prêt des quatre autres morceaux connus, leur permettant ainsi de reconstituer l’ensemble auquel ne manque qu’une seule scène qu’on retrouvera peut-être un jour (ill. 1). Les éléments sont dispersés entre le Philadelphia Museum of Art (Saint Grégoire le Grand (à moins qu’il ne s’agisse de Célestin V), le Musée des Beaux-Arts d’Anvers (Saint Romuald, le Musée Thomas-Henry de Cherbourg (Saint Augustin) et la collection particulière française qui a acquis la scène qui formait autrefois la partie centrale inférieure de l’œuvre découpée.


JPEG - 269.3 ko
1. Reconstitution de la Thébaïde de Fra…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Gustave Courbet : deux expositions en Suisse

Article suivant dans Expositions : 18e, aux sources du design, chefs-d’œuvre du mobilier 1650-1790