Fleur Pellerin ne connaît pas mieux la loi patrimoine que son bureau ou Modiano Contenu abonnés


JPEG - 16.3 ko
Photo : Selbymay (CC BY-SA 4.0)
Voir l'image dans sa page

Les 16 et 17 septembre, la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale discutait du projet de loi sur la Liberté de la création, architecture et patrimoine (voir l’article où nous analysons la partie patrimoine de cette loi). Fleur Pellerin avait tenu à y assister. Elle aurait peut-être dû s’en dispenser, car ses interventions, notamment la première, prouvent qu’elle ne connaît pas et qu’elle ne comprend pas le texte de loi qu’elle propose au vote du parlement.

Qu’on en juge. A 33’22’’ de cette vidéo (on peut aussi lire la retranscription ici) la ministre regrette, avec raison, la dispersion du patrimoine mobilier de certains lieux historiques et prend l’exemple de la Villa Cavrois1. Elle en conclut que…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Politique : La Tribune de l’Art s’acharne-t-elle sur Anne Hidalgo ?

Article suivant dans Politique : Moins de protection et désengagement de l’État : les dangers de la loi patrimoine