Figure du corps. Une leçon d’anatomie aux Beaux-Arts Contenu abonnés


Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, du 21 octobre 2008 au 4 janvier 2009.

JPEG - 105.1 ko
Théodore Géricault (1791-1824)
Etude d’un membre antérieur gauche
écorché, vu de face

Pierre noire et sanguine - 39,7 x 26,6 cm
Paris, ENSBA
Photo : ENSBA
Voir l'image dans sa page

Dès que s’ouvre en 1648 l’Académie royale de peinture et sculpture, l’anatomie entre dans l’enseignement dispensé et le cursus indispensable. L’étude du nu, à dire vrai, appartient de longue date aux usages pédagogiques, elle est consubstantielle à l’idée d’une beauté partagée, d’un code légiférant les arts visuels et d’un héritage ininterrompu entre les Grecs et l’âge moderne. Dans les traités de la Renaissance, qui fixent pour la première fois une imagerie globale à destination des artistes, le corps humain incarne une perfection, d’essence divine, que la pratique du dessin est appelée à s’approprier et à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Simon Vouet (les années italiennes 1613/1627)

Article suivant dans Expositions : Renaissance faces. Van Eyck to Titian