Ferdinand Roybet (1840-1920), La Main chaude, 1894. A propos de l’histoire d’un jeu à travers les siècles Contenu abonnés


JPEG - 220.2 ko
1. Ancien Pavillon de la Suède et Norvège
(Exposition universelle de 1878)
Courbevoie, actuel musée Roybet-Fould
Photo : Elisabeth Foucart-Walter

Heureux, chanceux musée que celui de Courbevoie ! Participant d’un monde des plus favorisés (le quartier de la Défense !), il ne renonce pas pour autant à sa mission de service public, continue d’être et de rester un (vrai) musée, ne laisse pas d’acquérir – fi de l’idée que l’art, c’est peu rentable, et gloire à Roybet, son grand homme trop vite jugé passéiste !1 –, est grandement ouvert (il est même… gratuit), défend l’intérêt général, n’exerce aucun préjugé contre l’art ancien, en tout cas non contemporain, veille avec sagesse et dilection au charme (indéniable) du lieu, un ancien pavillon d’Exposition universelle de 18782, tout de bois scandinave : c’était le pavillon dit de la Suède et Norvège (ill. 1) (les deux pays ne se séparèrent qu’en 1905). Comment donc ne pas louer Courbevoie et son actuelle directrice du musée, Emmanuelle Trief-Touchard, de savoir faire des expositions suffisamment justifiées par le fonds des collections permanentes (quand on en a, faut-il les négliger ou les montrer à peine, comme cela se fait trop souvent ailleurs ?), des expositions agrémentées qui plus est d’un intelligent catalogue sur papier (oh !) à la durable excuse scientifique et, comme celui-ci richement illustré (120 reproductions) et vendu à un prix on ne peut plus encourageant ? – Fermons le ban ! Pour en fin de compte dire et redire quelle bonne idée c’est de se pencher à partir d’un chef-d’œuvre pictural de Roybet sur le thème de la main chaude, même si un tel jeu est aujourd’hui proprement démodé, voire résolument oublié : dans quelles cours de récréation les enfants s’y adonnent-ils encore ? Et ne parlons pas, fait inattendu, de prisonniers allemands de 14-18 y jouant pendant leur captivité3. Cet amusement est désormais un simple objet de curiosité rétro-historique et prétexte à digressions sociologiques (genre de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Histoires d’œils

Article suivant dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 21 mai au 25 septembre (XVIe au XIXe siècle)