Expositions dans les galeries parisiennes


JPEG - 364.1 ko
1. Nicolas Tournier (1790-1639)
Saint André
Huile sur toile - 115 x 85 cm
France, collection particulière
Photo : Galerie Maurizio Nobile
Voir l'image dans sa page

14/11/17 - Marché de l’art - Paris - Comme à chaque fois qu’un Salon est organisé à Paris, de nombreuses galeries proposent leurs propres expositions. Les deux plus importants tableaux en galerie n’étaient pourtant pas à vendre puisqu’il s’agit de deux œuvres caravagesques montrées par Maurizio Nobile. Il s’agit de toiles qu’il a vendues à des propriétaires privés et qu’il montre exceptionnellement pour fêter ses trente années de carrière. Un Saint Jérôme par Bartolomeo Manfredi est remarquable, mais celui qui nous a le plus impressionné est un Saint André par Nicolas Tournier, certainement son chef-d’œuvre et l’une des plus belles figures caravagesques que nous connaissions. Seul regret : que cette petite exposition n’ait pas donné lieu à la publication d’un catalogue (signalons également la présence de trois tableaux par Alessandro Rosi dont une grande toile redécouverte).

Dans le domaine de la peinture ancienne et XIXe, il faut également signaler Alexis Bordes qui comme à chaque fois, en revanche, publie un catalogue. Nous retiendrons de son accrochage, outre une belle Allégorie de la Foi de Charles-Alphonse Dufresnoy et un rare ensemble de quatre toiles du Nancéien Claude Charles, un important tableau très proche de Greuze de Pierre-Alexandre Wille, Le Retour à la Vertu. Notons enfin que le galeriste a eu, comme beaucoup de ses confrères (on voyait ainsi deux bustes de même provenance sur le stand de la galerie de Bayser à Paris Fine Arts) l’intelligence d’acheter une œuvre - Portrait de Marie-Françoise Claudine Bocquet par Girodet - à la vente de Villepreux que le ministère de la Culture avait abandonné (voir notre article).


JPEG - 374.9 ko
2. Pierre-Alexandre Wille (1748-1821)
Le Retour à la Vertue, 1773
Huile sur toile - 73 x 89 cm
Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l'image dans sa page
JPEG - 339.5 ko
3. Jean Despujols (1886-1965)
La Vie passe la coupe au Bien, au Mal, à la Douleur,
à la Joie, à la Beauté, à la Laideur

Huile sur toile - 135 x 200 cm
Galerie Hubert Duchemin
Photo : Galerie Hubert Duchemin
Voir l'image dans sa page

Autre galerie, autre catalogue, et plusieurs découvertes également : Hubert Duchemin présente lui aussi une toile de Girodet, une étude de Galatée, mais aussi un très joli paysage de Sébastien Bourdon et un étonnant tableau du peintre Jean Despujols. Il faut passer outre le caractère excessif et volontairement caricatural de la figure de gauche et admirer l’étrangeté de cette œuvre, une allégorie qui fait voisiner la figure de Charlot avec une nymphe presque poussinesque qui représente la douleur. Ce tableau est daté de 1922, il s’agit donc d’un exemple très précoce d’Art Déco qui se veut aussi un hommage à Ingres. Il est intéressant de noter qu’à Rome où il peignit cette œuvre, il fréquenta le peintre Robert Pougheon dont une rétrospective est actuellement présentée à Roubaix et dont nous parlerons très prochainement.

Il faut enfin se rendre rue Chaptal où les différentes galeries (galerie Chaptal, galerie Johan Naldi et galerie Cerca Trova) montrent leurs dernières acquisitions, et où la galerie La Nouvelle Athènes présente comme à son habitude une exposition cataloguée dédiée au XIXe siècle (à une exception près, une esquisse de Nicolas-René Jollain). Nous en retiendrons un superbe portrait d’homme de l’élève d’Ingres peu connu Jules Laure, un Christ au prétoire d’Alexandre Cabanel, esquisse pour le concours du Prix de Rome de 1845 qui lui valut un second grand prix, ou un très joli paysage de Théodore Caruelle d’Aligny, Nymphes aux bains. Une des pièces les plus importantes de cette exposition reste néanmoins une esquisse de Gustave Moreau pour une Pietà présentée pour sa première participation au Salon, en 1852.


JPEG - 360.6 ko
4. Gustave Moreau (1826-1898)
Pietà, vers 1850-1852
Huile sur toile - 22 x 27 cm
Galerie La Nouvelle Athènes
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes
Voir l'image dans sa page
JPEG - 354 ko
5. Baudrin Yvart (1611-1690)
La Sculpture travaillant au buste de Louis XIV
Huile sur toile - 193 x 130,50 cm
Vente Artcurial 14/11/17
Photo : Artcurial
Voir l'image dans sa page

Nous terminerons cette revue d’expositions que vous pouvez encore aller visiter en signalant la vente Artcurial qui aura lieu ce soir et qui présente plusieurs œuvres importantes pour l’histoire de l’art dont nous retiendrons les cinq petites esquisses de Louis-Jean-Jacques Durameau préparatoires aux bas-reliefs du catafalque de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, mère de Marie-Antoinette, à Notre-Dame de Paris en 1781, et le morceau de réception à l’Académie d’un des plus proches collaborateurs de Le Brun, notamment dans le domaine de la tapisserie : Baudrin Yvart. Fort peu connu, ce peintre travailla toujours dans l’ombre du premier peintre du roi, et n’eut presque pas de carrière personnelle. On imagine difficilement les musées français laisser échapper cette occasion de montrer l’œuvre d’un artiste dont l’importance au sein de l’atelier de Le Brun est évidente.


Galerie Maurizio Nobile, 34 Rue de Penthièvre, 75008 Paris. Tél : +33 1 45 63 07 75. Site internet.


Galerie Alexis Bordes, 4, rue de la Paix, 75002 Paris. Tel : + 33 1 47 70 43 30. Site internet.


Galerie Hubert Duchemin, 8 rue de Louvois, 75002 Paris. Tél : +33 1 42 60 83 01. Site internet.


Galerie La Nouvelle Athènes, 22, rue Chaptal, 75009 Paris. Tél : +33 1 75 57 11 42. Site internet.


Didier Rykner, mardi 14 novembre 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un chef-d’œuvre de Dubois-Drahonet acquis par Williamstown

Article suivant dans Brèves : Trois préemptions à la vente Artcurial du 14 novembre

Publicité Tous mécènes !
Publicité Le Serbon novembre 2017