Exposition Poussin et Moïse au Mobilier National : un carton pour La Manne retrouvé Contenu abonnés


22/5/12 - Exposition - Paris, Mobilier National - Après Rome et Bordeaux (voir l’article), c’est au tour de Paris de recevoir la tenture de l’Histoire de Moïse d’après huit peintures de Poussin et deux de Le Brun, aujourd’hui déployée dans la Galerie des Gobelins. Le parcours de l’exposition fait dialoguer les dessins préparatoires, les tableaux - ceux qui ont pu être prêtés -, les cartons - ceux qui ont pu être retrouvés - et les tapisseries, expliquant clairement tout le processus de création de cet ensemble dont trois tissages furent réalisés avant les années 1680.


JPEG - 139.6 ko
1. François Bonnemer (1638-1889),
La Manne
Carton peint avant restauration
Paris, Mobilier National,
Photo : M.Lombard/Arcanes
Voir l'image dans sa page
JPEG - 127 ko
2. François Bonnemer (1638-1889),
La Manne
Carton peint après restauration
Paris, Mobilier National,
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

On passe ainsi de la peinture rhétorique de Poussin dans des petits formats qui s’offrent à la méditation du spectateur, au dispositif théâtral de la tapisserie qui, par des ajouts de colonnes et de draperies dans certaines compositions, cherche une amplification scénique et un effet décoratif efficace. L’éclairage des salles est particulièrement réussi et permet de mettre en valeur les rehauts des fils d’or et d’argent qui ont survécu au temps. D’autres surprises sont à découvrir, plus particulièrement des œuvres qui n’étaient pas visibles à Bordeaux (et ne sont d’ailleurs pas dans le catalogue commun aux trois expositions) : un Lubin Baugin d’une collection particulière parisienne illustrant Moïse déposé sur les eaux et une sanguine de Le Brun, d’une autre collection privée, préparatoire à la figure de Moïse pour Le Buisson ardent ; des prêts du Louvre seront en outre renouvelés en septembre ; enfin et surtout, un carton d’après Poussin a été récemment retrouvé dans les collections du Mobilier national (ill. 1 et 2) : si son auteur, François Bonnemer, est mal connu, le tableau qu’il reprend…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une sculpture de la Renaissance et une peinture de Barbizon acquises par la Huntington Library

Article suivant dans Brèves : Le LACMA achète un mystérieux tableau