Evgueni Alexandrovitc Lanceray, le sculpteur russe du cheval Contenu abonnés


Auteur : Geoffrey W. Sudbury

jpg-couverture_lanceray-jpgLanceray porte un nom français car il était le petit-fils d’un français arrivé en Russie en 1812, à l’époque des guerres napoléoniennes. Malgré une courte carrière (il est mort à trente-sept ans), son œuvre est important, environ quatre cents modèles de sculptures, qui ont donné lieu à de multiples éditions. Sur cette production, la moitié est consacrée au cheval. C’est à cet aspect qu’est consacré le livre de Geoffrey Sudbury, ce qui ne donne qu’une vision partielle d’un artiste dont il prépare le catalogue raisonné. Ces statuettes de chasseurs ou soldats, qu’ils soient cosaques, ossètes ou mogholes, ne sont pas sans rappeler celles des sculpteurs animaliers français tel que Pierre-Jules Mène. Elles font également penser à Emmanuel Frémiet. Si l’éditeur, sur la quatrième de couverture,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : L’art et la mort. Refléxions sur les pouvoirs de la peinture à la Renaissance

Article suivant dans Publications : Les châteaux néogothiques en Anjou