Eugène Grasset, 1845-1917. L’art et l’ornement Contenu abonnés


Auteurs : Collectif, sous la direction de Catherine Lepdor

JPEG - 107.4 ko

Depuis les travaux pionniers d’Anne Murray-Robertson, et notamment une première monographie publiée en 19812, plusieurs articles et mémoires universitaires ont été sporadiquement consacrés à Eugène Grasset (1845-1917), d’origine suisse, naturalisé français, rénovateur majeur des arts graphiques et des arts décoratifs à la fin du XIXe siècle. Si l’artiste occupe une place importante au sein d’un certain nombre d’études relatives à l’art de cette période, force est de constater qu’une synthèse récente sur sa carrière faisait depuis longtemps défaut. L’ouvrage paru à l’occasion de l’exposition Eugène Grasset. L’Art et l’ornement, qui s’est récemment achevée au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, vient ainsi combler ce manque de façon heureuse. Certes, nous pourrions regretter que sa conception ne se soit attachée à proposer des notices d’œuvres, ce que beaucoup attendent pourtant d’un catalogue d’exposition. De même, bien que le volume soit très richement illustré – et la qualité des reproductions est d’ailleurs irréprochable – une liste précise des réalisations présentées lors de la manifestation aurait été appréciable. L’ouvrage tient donc davantage de la monographie que du catalogue mais, passés ces minces reproches, son organisation n’en est pas moins louable. Comportant onze chapitres dont la rédaction a été confiée à des spécialistes, il rend compte au mieux de la pluralité de l’activité de Grasset, tant sur le plan des idées qu’au niveau des divers supports pour lesquels l’artiste œuvra.

Respectant une certaine cohérence chronologique, les deux premiers textes traitent d’œuvres essentielles qui font suite à la rencontre de l’artiste avec l’imprimeur Charles Gillot en 1879. Odile Nouvel-Kammerer livre d’abord une analyse éclairée de l’ameublement créé entre 1880 et 1885 pour l’immeuble de celui-ci, rue Madame à Paris, avant d’évoquer l’ensemble, d’esprit similaire, que Louise-Marcelle Seure, fille de Gillot, demanda à Grasset de concevoir environ…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Ouvrages reçus en mai 2011

Article suivant dans Publications : Ouvrages reçus en juin 2011