Etrange visage. Portraits et figures de la collection Magnin Contenu abonnés


Dijon, Musée Magnin, du 7 juin au 7 octobre 2012

JPEG - 85.7 ko
1. Anonyme
Tête de femme vue de dos, vers 1870-1875
Huile sur carton - 22,5 x 18,3 cm
Dijon, Musée Magnin
Photo : RMNGP/Michel Urtado
Voir l'image dans sa page

Frère et sœur, Maurice et Jeanne Magnin léguèrent à l’État en 1937 leur collection d’œuvres d’art et leur maison natale, le bel hôtel Lantin, à la condition que soit préservé son aspect de cabinet d’amateur et de demeure habitée, avec ses tableaux accrochés à touche-touche sur les murs. C’est donc avec un certain nombre de contraintes que Rémi Cariel doit aujourd’hui jongler, gérant une collection assez importante (1300 peintures, 700 dessins, et un ensemble de mobilier et d’objets d’art) en lieux restreints quoique magnifiques. Aucun espace n’étant prévu pour les expositions temporaires, celle qui est actuellement consacrée au portrait a investi presque la totalité des salles d’exposition permanente. On pourrait s’en plaindre, mais les quelque 200 œuvres exposées, dont 150 peintures, sont en réalité toutes issues de la collection Magnin (à l’exception de trois tableaux empruntés à des musées français), et comme la moitié d’entre elles étaient conservées dans les réserves, voici une excellente occasion de les redécouvrir, d’autant que certaines ont été restaurées.
Le choix du portrait en fil conducteur s’est imposé tout naturellement, la collection étant particulièrement riche en effigies du XVIe au XIXe, françaises, italiennes, nordiques ... « Étrange visage » qui échappe au peintre et au visiteur, comme l’évoque le tableau qui sert avec un certain humour de couverture au catalogue, montrant une femme dont on ne voit que la nuque (ill. 1). Le parcours thématique est parfois un peu artificiel, mais il était la solution la plus adéquate, non seulement parce que l’accrochage permanent obéit à un classement chronologique et par école, il fallait donc renouveler le regard du visiteur, mais aussi parce qu’il est difficile de montrer l’évolution du portrait avec des œuvres qui ne sont pas forcément des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Géricault. Au cœur de la création romantique

Article suivant dans Expositions : La Dernière Nuit de Troie. Histoire et violence autour de La Mort de Priam de Pierre Guérin