Ernst Stückelberg (1831-1903) Contenu abonnés


Bâle, Kunstmuseum, exposition terminée le 28 septembre.

JPEG - 15.2 ko

C’est peut-être grâce à sa fière Jeanne d’Arc entrée il y a quinze ans dans les collections du musée de Reims et présentée jusqu’au 1er septembre à celui de Rouen, que beaucoup ont récemment découvert l’artiste suisse Ernst Stückelberg, peu connu aujourd’hui en France mais très populaire dans son pays1. A l’occasion du centenaire de sa mort, le Kunstmuseum de Bâle, sa ville natale, lui consacre une rétrospective.

Élève de Gustave Wappers à Anvers, Stückelberg séjourna à Paris de 1853 à 1856, puis étudia à Münich. Après un séjour de quatre ans en Italie, il s’installa à Bâle en 1867. Son style est parfois proche de celui d’Ernest Hébert (les scènes italiennes), d’Anselm Feuerbach, du Millais tardif (La Tombe), ou d’Albert Anker dans ses portraits d’enfants si prisés (et reproduits sur…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Entretien avec Alain Tapié

Article suivant dans Expositions : Vincenzo Scamozzi 1548-1616, "l’architecture est une science"