Érasme Quellin. Dans le sillage de Rubens Contenu abonnés


Cassel, Musée de Flandre, du 5 avril au 7 septembre 2014

JPEG - 79.6 ko
1. Erasme II Quellinus (1607-1678)
Autoportrait avec Catherina de Hemelaer et
son fils Jean-Érasme
, vers 1636
Huile sur toile - 116 x 91,5 cm
Cincinnati, Art Museum
Photo : Cincinnati Art Museum

Après Jacob (ou Jacques) Jordaens au Petit Palais à Paris, c’est au tour d’Erasme Quelllin (ou Quellinus), un autre protagoniste du baroque anversois, de faire l’objet d’une rétrospective dans un musée français.

Issu d’une famille de sculpteurs (son père et son frère notamment furent des artistes renommés), Erasme Quellin choisit de se tourner vers la peinture. Sa formation est mal connue et s’il fut un collaborateur important de Rubens, il ne fut sans doute pas au sens strict son élève. On peut regretter pour ces aspects biographiques qu’une chronologie soit absente du catalogue. Il partageait en tout cas avec Rubens une grande érudition (il avait étudié notamment la philosophie et était féru de littérature) et son art est grandement marqué par celui-ci, au moins jusqu’au décès de ce maître. Par la suite, son art évolua vers des compositions plus mesurées, ce que Jean-Pierre De Bruyn, le spécialiste de l’artiste, qualifie dans un essai de « baroque classicisant », un terme à utiliser cependant avec précaution : l’opulence des chairs, l’ampleur des drapés, les physionomies des personnages placent Quellin jusqu’à sa mort dans la suite directe de Rubens. À cette influence majeure qui permet de cerner son art se rajoute parfois celle de Van Dyck, et, dans la seconde partie de sa carrière, celle de Véronèse dont il put connaître des tableaux conservés dans des collections flamandes.


JPEG - 130.8 ko
2. Erasme II Quellinus (1607-1678)
Jason et la Toison d’or, vers 1638
Huile sur toile - 181 x 195 cm
Madrid, Museo del Prado
Photo : Museo del Prado
JPEG - 109.2 ko
3. Erasme II Quellinus (1607-1678)
La Naissance de la Vierge, vers 1655
Huile sur toile - 200 x 170 cm
Madrid, Museo del Prado
Photo : Museo del Prado

Dans la galaxie Rubens, Erasme Quellinus n’est sans doute pas le plus connu, mais…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Georges de La Tour, trois « nuits » pour une renaissance

Article suivant dans Expositions : Alfred Bellet du Poisat. Du romantisme à l’impressionnisme