Entretien avec Guilhem Scherf Contenu abonnés


Guilhem Scherf est conservateur en chef au département des sculptures du musée du Louvre, commissaire de l’exposition De Pigalle à Canova.

L’exposition est très didactique, parfois scolaire. Pourquoi cette approche ?

Nous avons voulu donner un fil conducteur au visiteur. L’exposition est didactique, peut-être. Mais malheureusement qui connaît la sculpture ? Ce qu’on a voulu montrer, c’est qu’on pouvait aborder la sculpture sous ses différents angles, avec des coups de projecteurs différents.
La première partie explique comment l’on fait une sculpture, qu’une terre cuite peut être préparatoire mais peut également être une œuvre en soi, soigneusement collectionnée, qu’il y a une différence entre une esquisse et un modèle. Quand je fais visiter l’exposition et que j’entends les questions qu’on me pose, je pense que ce côté "didactique" est bien perçu, et que c’est nécessaire.
La terre, pour le sculpteur, était considéré comme le matériau qui permettait à son génie créateur de se développer, le médium nécessaire pour que l’on apprécie son talent, pour montrer son habileté. C’était donc la technique privilégiée pour les travaux et les concours académiques. C’est ce que nous avons voulu montrer dans la deuxième partie.
La section trois, consacrée à la typologie des sculptures n’est pas, je pense, "scolaire". A travers les trois catégories, nous étudions une problématique particulière : pour le monument, c’est le rapport avec son socle ; pour le bas-relief, sa place par rapport à l’architecture et son esthétique propre qui a suscité de nombreux débats au XVIIIe siècle (rapports avec la peinture, l’antique) ; pour le groupe, l’élaboration de figures complexes en ronde bosse, enlacées ou luttant entre elles, rappelant les recherches des artistes du XVIe siècle par exemple Jean Bologne, concevant des sculptures avec une multiplicité des points de vue.
Les deux dernières sections, iconographiques, sont d’approche aisée. Un premier volet s’intéresse à des sujets que tout le monde connaît, comme Pan poursuivant Syrinx, ou l’Amour et Psyché, illustrant des poèmes de l’Arcadie et l’Antiquité galante. Les artistes…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Entretien avec Dominique Brême (commissaire de l’exposition Nicolas de Largillierre)

Article suivant dans Expositions : De Delacroix à Renoir. L’Algérie des peintres