Enrichissements récents du Musée Girodet à Montargis Contenu abonnés


JPEG - 135.3 ko
1. Carle Elshoecht (1797-1856)
Angélique-Félicité Bosio,
marquise de la Carte
, 1836
Bronze - 22 x 20 cm (médaillon)
Montargis, Musée Girodet
Photo : Hubert Duchemin
Voir l'image dans sa page

27/5/09 – Acquisitions et dépôt – Montargis, Musée Girodet – Alors que son agrandissement est acté et que les études vont commencer, le Musée de Montargis poursuit régulièrement une politique d’acquisition centrée sur ses deux points forts : Girodet (et ses élèves) et la sculpture romantique autour de la figure d’Henri de Triqueti.

On commencera cet article par un don, fait par Hubert Duchemin en mémoire de Stéphane Deschamps, d’un petit médaillon en bronze par Carl Elshoecht, représentant Angélique-Félicité Bosio, marquise de la Carte (ill. 1).
Elève de son père, sculpteur sur bois de la Marine, puis du baron François-Joseph Bosio, Elshoecht est l’un des plus méconnus de la génération des sculpteurs romantiques.
Le médaillon donné à Montargis, signé et daté de 1836, représente la fille du baron Bosio, alors âgée de 28 ans. Sa vie fut assez dissolue, puisque mariée à l’âge de 14 ans (!) au comte Charles-Louis-Philippe-Marie Thibaut de la Carte, elle quitta plus tard son mari pour devenir la maîtresse de l’écrivain et critique Jules Janin dont elle eut une fille. Après sa rupture avec Janin, en 1838, elle tint un salon à Paris et entretint une liaison avec l’écrivain Nestor Roqueplan, frère du peintre Camille Roqueplan.
Si David d’Angers fut le plus prolifique dans ce domaine, le médaillon est un genre pratiqué par la plupart des sculpteurs romantiques. L’originalité de celui d’Elshoecht tient non seulement en sa forme chantournée, mais surtout au cadre en bronze qui l’accompagne.

JPEG - 47 ko
2. Carlo Marochetti (1805-1867)
Réduction du monument équestre à
la reine Victoria de Glasgow
, vers 1854
Bronze - 64 x 56 x 18 cm
Montargis, Musée Girodet
Photo : Musée Girodet
Voir l'image dans sa page

La réduction du Monument équestre à la reine Victoria de Glasgow, par Carlo Marochetti (ill.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un chef-d’œuvre de Giovanni Antonio Sogliani déposé au Musée des Beaux-Arts de Caen

Article suivant dans Brèves : Un premier retour de dépôt après notre article Le musée secret de la République ?