ENI, vidi, Vinci Contenu abonnés


JPEG - 22.3 ko
Léonard de Vinci (1452-1519)
Saint Jean-Baptiste
Huile sur panneau - 69 x 57 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Wikimedia Commons
Licence GNU Free Documentation License
Voir l'image dans sa page

Société italienne, ENI est l’une des plus grosses compagnies pétrolières du monde. Son chiffre d’affaire en 2008 s’est élevé à 108 milliards d’euros pour un bénéfice de 8,8 milliards. ENI a donc de l’argent, beaucoup d’argent, qu’elle utilise à l’occasion pour du mécénat culturel. Le Louvre a ainsi bénéficié de son aide pour les expositions Mantegna et pour celle actuellement présentée sous la pyramide, Titien, Tintoret, Véronèse. Rivalités à Venise. Deux expositions d’ailleurs très réussies l’une comme l’autre. Elle financera également, en 2012, une rétrospective consacrée aux ultimes années de Raphaël.

Sous l’égide logistique et financière d’ENI, le Louvre va envoyer pendant un mois, du 27 novembre au 27 décembre prochain, l’un de ses plus importants tableaux, le Saint Jean-Baptiste de Léonard de Vinci. Celui-ci sera présenté dans une « exposition » intitulée sobrement (nous traduisons) : Léonard à Milan. Exposition extraordinaire du Saint Jean-Baptiste de Léonard de Vinci. Du Louvre au Palazzo Marino1.

Le département des peintures du Louvre, par la voix de son directeur, Vincent Pomarède, nous a précisé qu’il s’agit « d’un cycle d’expositions-dossier pédagogiques lancé l’an dernier par la Ville de Milan et soutenu par le Ministère des Biens Culturels Italiens ». Selon ce principe, il s’agit de présenter gratuitement au public une œuvre importante de l’art italien. L’année dernière avait été montrée, dans le même cadre, La conversion de saint Paul de Caravage. Sans doute, mais il faudrait préciser que ce dernier tableau est en collection privée, rarement vu par le public, et qu’on ne peut donc aucunement le comparer au Saint Jean-Baptiste de Léonard.

Vincent Pomarède ajoute encore que : « le catalogue publié à cette occasion est un ouvrage tout à fait scientifique…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Hôtel Lambert : et si le bon sens prévalait ?

Article suivant dans Éditorial : Après la RGPP, voici déjà venir la RGPP 2