En route ! Dessins néerlandais de paysage Collection John et Marine van Vlissingen Contenu abonnés


Paris, Fondation Custodia, du 30 janvier au 30 avril 2016

« Étonnants voyageurs ! quelles nobles histoires
Nous lisons dans vos yeux profonds comme les mers !
Montrez-nous les écrins de vos riches mémoires,
Ces bijoux merveilleux, faits d’astres et d’éthers.

Nous voulons voyager sans vapeur et sans voile !
Faites, pour égayer l’ennui de nos prisons,
Passer sur nos esprits, tendus comme une toile,
Vos souvenirs avec leurs cadres d’horizons. »
1

La Fondation Custodia expose une centaine de dessins hollandais et flamands, florilège d’une collection de plus de 1700 œuvres, constituée depuis cinquante ans par John et Marine Fentener van Vlissingen. L’ensemble avait été présenté au Rijksmuseum l’été dernier et s’accompagne d’un catalogue en anglais avec une notice pour chaque feuille.
Le parcours chronologique commence au XVIe siècle , s’achève au XIXe, ponctué de grands noms parmi lesquels un phare baudelairien : Rembrandt, avec un dessin de la porte Saint-Antoine à Amsterdam tracé vers 1648-1652, qui faisait partie d’un album compilé par le Docteur Johannes Furnerius, dont le fils fut l’élève du maître (ill. 1).


JPEG - 206.8 ko
1. Rembrandt Harmensz. van Rijn (1606-1669)
Rempart près de la St. Anthonispoort à Amsterdam, vers 1648-1652
Plume et encre brune, lavis brun - 142 x 182 mm
Collection particulière
Photo : John and Marine van Vlissingen Art Foundation
JPEG - 145.1 ko
2. Jacob Cats (1741-1799)
Scène d’hiver avec pêcheurs d’anguilles
Pierre noire, plume, encre brune - 28,2 x 35,9
Collection particulière
John and Marine van Vlissingen Art Foundation
Photo : bbsg

Le paysage est le thème principal qui unit toutes ces œuvres. Des paysages typiquement néerlandais tout d’abord, marines, moulins ou bien ces fameuses scènes d’hiver fourmillantes de patineurs ; elles sont en couleur - aquarelle et gouache - chez Geerit Battem, monochromes chez Jacob Cats qui utilise la pierre et l’encre noires pour décrire, dans la vaste blancheur grise du ciel et de la neige, des pêcheurs d’anguilles et autres personnages (ill. 2). Au XIXe siècle, Hendrik Gerrit…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Andrea Schiavone entre Parmiginanino, Tintoretto et Tiziano

Article suivant dans Expositions : Bacchanales modernes ! le nu, l’ivresse et la danse dans l’art français du XIXe siècle