En dérèglementant l’éolien, les députés menacent le patrimoine Contenu abonnés


JPEG - 53.3 ko
Vue de la cathédrale de Coutances
avec une éolienne en arrière-plan
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

La nouvelle ministre de la Culture avait plutôt bien commencé son mandat, et nous avions salué ses premières actions. Depuis, l’annonce du budget, puis de son détail, qui montre une baisse considérable de la part réservée au patrimoine et aux musées, notre enthousiasme mesuré a été quelque peu douché. Mais au moins avions nous l’impression que, malgré tout, il y avait une ferme volonté de reprendre la main sur le respect de la législation et de revenir sur les attaques qui lui avaient été portées par le précédent gouvernement (notamment la suppression des ZPPAUP). On annonce même une grande loi patrimoine pour 2013.

Mais à quoi servira une loi patrimoine si, dans le même temps, des textes contre le patrimoine sont votés, au milieu de la nuit, par une poignée de députés manipulés par un lobby particulièrement puissant car intéressé par la manne financière (publique).
Soyons clair : même si leur caractère écologique est loin d’avoir été démontré, nous ne sommes pas forcément opposés aux éoliennes. Un développement raisonné de leurs implantations sur le territoire est possible et, à vrai dire, inévitable tant la croyance en leur efficacité est largement répandue. Lutter contre elles reviendrait à se prendre pour un nouveau Don Quichotte.

Mais ce qui se profile, et qui a déjà commencé (ill.), c’est un développement anarchique, une multiplication insensée de ces constructions au profit unique de leurs promoteurs qui se moquent comme d’une guigne de la beauté des paysages et du patrimoine.

Dans la nuit du 4 au 5 octobre en effet, alors qu’il était question de débattre du prix de l’énergie, trois amendements proposés par EELV ont été votés, qui vont tous dans le même sens d’une déréglementation sauvage. Les quelques députés n’appartenant pas à la majorité présidentielle (UMP, centristes et même Front de gauche) sont sortis de l’hémicycle pour protester contre…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Budget de la Culture : courage, fuyons !

Article suivant dans Éditorial : L’ISF et les œuvres d’art : un serpent de mer (venimeux)