Elegant/Expressiv. Von Houdon bis Rodin. Französische Plastik des 19. Jahrhunderts Contenu abonnés


Elégante et expressive. De Houdon à Rodin. La sculpture française au XIXe siècle

Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle. Du 28 avril au 26 août 2007.

JPEG - 135.1 ko
1. Emilien de Nieuwerkerke (1811-1892)
Guillaume Ier,
dit le Taciturne,
prince d’Orange à cheval
, 1843
Bronze - 86,5 x 40,6 x 84,9 cm
Karlsruhe, Staatliche Karlsruhe
Photo : D. Rykner
Voir l'image dans sa page

Peu connu de nos compatriotes, le musée de Karlsruhe conserve, à quelques kilomètres de Strasbourg, une collection d’une richesse étonnante. Sans doute en raison de la proximité avec notre pays, l’art de celui-ci y est bien représenté, comme le montrait récemment l’exposition des peintures françaises dans les collections allemandes (voir l’article). Rien d’étonnant donc, que la première rétrospective consacrée à la sculpture
Celle-ci doit être replacée dans son contexte : il s’agit de montrer ce sujet à un public qui ne le connaît pas. Elle n’est pas destinée aux spécialistes qui n’y trouveront que peu de nouveautés. On y verra donc, sans grande surprise, beaucoup d’œuvres phares : Rodin est très (trop ?) représenté, jusque dans le titre alors que la sculpture la plus récente est un bronze de Matisse et que bien des absents sont à regretter (Triqueti, Moine, Duseigneur pour s’en tenir à la génération romantique) ; le Pêcheur napolitain ou la Tête de guerrier de Rude, le Jeune pêcheur de Carpeaux et le Ratapoil de Daumier ont été souvent exposés. Les risques de transport inhérents à la fragilité de certains matériaux entraînent une sur-représentation des bronzes dont certains, on le sait, sont des reproductions multiples fondues à un grand nombre d’exemplaire, dans toutes les tailles, ce qui amoindrit leur intérêt (Saint Michel d’Emmanuel Frémiet), ou dont d’autres sont des tirages posthumes qui, même légitimés par leur exposition dans les plus grands musées, n’ont pas grand chose à voir avec la volonté de l’artiste (Daumier, Degas,...)
Ce préambule ne doit cependant pas décourager les visiteurs. Malgré ces quelques réserves, l’exposition et son beau catalogue, rédigé par les plus grands spécialistes (mais uniquement en allemand) font œuvre utile.


JPEG - 178 ko
2.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Piero della Francesca e le corti italiane

Article suivant dans Expositions : Othon Friesz. Le Fauve baroque