Dürer. Maître allemand Contenu abonnés


Dürer. Deutscher Meister
Francfort, Städel Museum, du 23 octobre 2013 au 2 février 2014

Dürer était un « parasite ». Du moins avait-il le sentiment de l’être en son pays, préférant l’accueil des Italiens qui le traitèrent en véritable seigneur1. Aujourd’hui, les Allemands lui donnent tort en lui consacrant une grande rétrospective pour laquelle le Städel Museum a réussi à obtenir des chefs-d’œuvre du monde entier ; il possède lui-même quelques dessins et gravures en plus d’une peinture, Job sur son tas de fumier (volet d’un triptyque) et d’une aquarelle (assombrie par un vernis) montrant une jeune femme, en prière, aux cheveux lâchés, présentée avec son pendant venu de Berlin, une jeune femme aux cheveux attachés plus encline au mariage (ill. 1 et 2).


JPEG - 115 ko
1. Albrecht Dürer (1471–1528)
Portrait d’une jeune femme aux cheveux relâchés, 1497
Toile - 56,3 x 43,2 cm
Francfort, Städel Museum
Photo : Städel Museum - Artothek
Voir l'image dans sa page
JPEG - 160.1 ko
2. Albrecht Dürer (1471–1528)
Portrait de jeune femme, 1497
Toile - 56,6 x 42,5 cm
Berlin, Staatliche Museen, Gemäldegalerie
Photo : bpk / Gemäldegalerie, SMB / Jörg P. Anders
Voir l'image dans sa page

Si l’exposition ne fait pas de révélations fracassantes, elle a le mérite de réunir quelques deux cents œuvres de Dürer, des peintures et des gravures majeures, mais aussi de nombreux dessins préparatoires ; l’ensemble illustre donc à la fois le génie de l’artiste et le travail qui le sous-tend. Le parcours thématique et chronologique marque les principales étapes de sa carrière et la diversité de sa production - ses portraits, ses théories sur les proportions, ses décors, ou encore le rôle de son atelier... - tout en plaçant le talent du maître dans son contexte, grâce aux œuvres d’artistes contemporains - allemands, italiens, flamands ou hollandais -, ceux que Dürer côtoya et admira, ceux qui l’influencèrent ou qu’il influença, de Schongauer à Bellini, en passant par Grünewald, Lucas de Leyde ou Patinir, ce « bon peintre de paysage ».

JPEG - 248.4 ko
3. Martin Schongauer (1445/50–1491)
Etude de pivoines, 1472/1473
Aquarelle - 25,7 x 33 cm
Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
Photo : The J. Paul Getty Museum
Voir l'image dans sa page

Les (trop ?) nombreuses sections (quatorze en tout) ne sont peut-être pas suffisamment distinctes les unes des autres, mais les cartels sont développés et reproduisent même en vignettes certaines œuvres de comparaison. Le catalogue (sans index malheureusement) reprend dans ses essais chacune des parties du parcours, tandis que les œuvres bénéficient de notices ; certaines, bien qu’elles soient absentes de l’exposition, sont reproduites et commentées, comme le portrait du père d’Albrecht Dürer (Musée des Offices) qui serait en réalité un autoportrait de Dürer l’Ancien. Le musée a en outre inséré dans ses collections permanentes des panneaux faisant le lien entre certains artistes et le maître allemand.

La première partie rappelle qu’il fut d’abord fils d’orfèvre - Nuremberg est alors un centre d’orfèvrerie réputé. Cette première formation aura une influence sur son travail…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Esquisses peintes de l’époque Romantique : Delacroix, Cogniet, Scheffer...

Article suivant dans Expositions : L’Idéal Art nouveau. Collection majeure du musée départemental de l’Oise