Du dessin au vitrail. Peintres et maîtres verriers du XIXe siècle au nord de la France Contenu abonnés


Lille, Palais des Beaux-Arts, du 8 avril au 3 juillet 2006

Le catalogue des dessins du XIXe siècle du musée de Lille, paru en 2004 et que nous avions recensé ici-même, inventoriait tout un ensemble de cartons de vitraux, jusqu’ici à peu près inconnus, dus aux peintres Victor Mottez et Bruno Chérier1. Une partie de ces œuvres a heureusement pu être restaurée et fait l’objet d’une exposition tout à fait passionnante.

Le vitrail au XIXe siècle n’est plus terra incognita. De nombreuses publications récentes, que rappelle le catalogue, ont fait connaître certains ateliers, d’où se détache la Manufacture de Sèvres, qui produisit des verrières d’une qualité inégalable. Mais Charles Gaudelet, le maître-verrier avec qui travaillèrent exclusivement Mottez et occasionnellement Chérier, était jusqu’à aujourd’hui à peu près totalement inconnu. Ses dates de naissance et de mort n’ont pu être déterminées avec précision. Les cartons exposés proviennent de son fonds d’atelier, acquis par le musée de Lille en 1870 à l’instigation du peintre et collectionneur Camille Benoït

JPEG - 115.4 ko
1. Victor Mottez (1809-1897)
Le Mariage de la Vierge, 1867
Crayon noir et fusain
Trois cartons :
276 x 119,5 cm ; 290 x 69 cm ; 281 x 119 cm
Lille, Palais des Beaux-Arts
Photo : D. Rykner
JPEG - 79.3 ko
2. Bruno Chérier (1817-1880)
Ange tenant une mitre et
une crosse
, 1858
Pierre noire et craie blanche
150 x 60,5 cm
Lille, Palais des Beaux-Arts
Photo : D. Rykner

La première salle se penche sur les relations de travail entre les différents intervenants. Parfois, les peintres se contentaient de proposer de petites esquisses, le carton à grandeur d’exécution étant réalisé par le verrier. Mais Gaudelet était un piètre dessinateur, comme le confirme Mottez dans sa correspondance2, ce qui l’amenait à déléguer largement. Si certaines études lui sont attribuables, les grands cartons sont bien de la main de Mottez et de Chérier. Les deux peintres sont eux-mêmes d’une stature inégale : Mottez, élève d’Ingres, rénovateur malheureux de la technique de la fresque, est bien supérieur à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Gothic Nightmares. Fuseli, Blake and the Romantic Imagination

Article suivant dans Expositions : Rembrandt - Caravaggio