Donation, attributions et restaurations au Musée Fesch


JPEG - 928 ko
1. Pietro Paolini (1603-1681)
Joueur de cornemuse
Huile sur toile - 121 X 93 cm
Ajaccio, Musée Fesch
Photo : Musée Fesch
Voir l'image dans sa page

19/7/17 - Acquisition, attributions et restaurations - Ajaccio, Musée Fesch - C’est un très beau cadeau que le marchand de tableaux italien Carlo Orsi vient de faire au Musée Fesch d’Ajaccio. Alors qu’il montrait à son directeur Philippe Costamagna une toile splendide de Pietro Paolini (ill. 1) qu’il avait achetée récemment1, celui-ci lui a demandé, sans beaucoup d’espoir de pouvoir l’acquérir, quel était son prix. Celui-ci était bien au delà des moyens actuels du musée corse, d’autant qu’il mène actuellement une politique d’enrichissement de ses collections napoléoniennes pour un projet sur lequel nous reviendrons bientôt. C’est alors que le marchand a très généreusement proposé d’offrir l’œuvre.

Pietro Paolini, peintre originaire de Lucques, est un des artistes les plus originaux de l’Italie du Seicento, adepte comme son maître Angelo Caroselli, avec lequel il est parfois confondu, de compositions étranges et fantastiques représentant des scènes de sorcellerie ou d’alchimie.
L’œuvre donnée au musée, un joueur de cornemuse, avec à l’arrière-plan à gauche une chèvre mangeant les feuilles d’un arbuste poussant sur un rocher, n’est pas exempte d’un caractère un peu inquiétant. Le musicien, d’un certain âge, regarde le spectateur d’une manière étrange, avec un sourire que l’on peut qualifier de sardonique.

Ce tableau est signé du monogramme P. P. sur la gourde placée au premier plan. Le Musée d’Ajaccio conserve une autre toile de Paolini, non signée, provenant de la collection du cardinal Fesch, et représentant une femme avec une petite fille. Notons enfin que l’historienne de l’art française, Nikita de Vernejoul, prépare actuellement une thèse sur cet artiste qui devrait déboucher sur la publication de son catalogue raisonné.


JPEG - 1.1 Mo
2. Pompeo Batoni (1708-1787)
L’Apparition de la Vierge à saint Joseph de Calasanz
Huile sur toile - 307 x 159 cm
Ajaccio, Musée Fesch
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 74.2 ko
3. Giovanni Vangembes (1601-1654 ?)
Sainte Famille avec saint Antoine de Padoue et sainte Claire
Huile sur toile - 141 x 117 cm
Ajaccio, Musée Fesch
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 48.8 ko
4. Giuseppe Puglia (1600-1636)
Saint Étienne
Huile sur toile - 94 x 128 cm
Ajaccio, Musée Fesch
Photo : RMN-GP
Voir l'image dans sa page

Toujours très actif, le Musée Fesch a également enrichi son parcours italien grâce à la restauration de peintures qui n’étaient jusqu’à présent pas exposables et conservées en réserve, et grâce à de nouvelles attributions.
Parmi ces dernières, la plus spectaculaire est certainement l’identification d’un grand tableau d’autel de Pompeo Batoni (ill. 2) encore exposé sous le nom de Domenico Corvi. L’Apparition de la Vierge à saint Joseph de Calasanz présente en effet toutes les caractéristiques de Batoni (là encore, un peintre originaire de Lucques, mais un siècle plus tard). Cette attribution avait été proposée déjà il y a sept ans par Andrea Bacchi, et vient d’être confirmée indépendamment par Giuseppe Porzio. Pleinement convaincu par ce nom, Philippe Costamagna va donc remplacer le cartel actuel par le nom de Batoni.
C’est ainsi qu’avec les visites successives des meilleurs spécialiste italiens, certaines toiles du musée retrouvent peu à peu leur véritables auteurs. Plusieurs anonymes ont ainsi été récemment rebaptisés de noms certes moins importants que Batoni mais qui permettent néanmoins d’améliorer la connaissance de la collection. Voici par exemple deux attributions récentes désormais prises en compte dans la base de données des collections du musée et qui seront détaillées dans le catalogue des peintures italiennes du Seicento en cours d’élaboration : une belle Sainte Famille (ill. 3) que nous avions reproduite dans notre article consacré à la réouverture du Musée Fesch est désormais rendue par Daniel Bennati à un peintre peu connu, Giovanni Vangembes, tandis qu’un Saint Étienne (ill. 4), une école romaine du XVIIe siècle pour laquelle le nom de Charles Mellin avait été prononcé (mais sans emporter la conviction), est du tout aussi méconnu Giuseppe Puglia (attribution de Massimo Francucci).


JPEG - 339 ko
5. Bartolommeo Ramenghi,
dit Bagnacavallo (1484-1542)
Crucifixion avec la Vierge et sainte Catherine
Huile sur toile
Ajaccio, Musée Fesch
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 31.6 ko
6 Alessandro de’ Pesci (actif fin du XVIIe-début du XVIIIe siècles)
Nature morte au poissons et gibier à « plumes
Huile sur toile - 90 x 135 cm
Ajaccio, Musée Fesch
Photo : Musée Fesch
Voir l'image dans sa page

Nous terminerons cette brève en signalant les restaurations (et sorties de réserves) d’un beau retable de Bagnacavallo (ill. 5) et d’une nature morte (ill. 6) qui a pu ainsi être rendue, avec une deuxième, déjà accrochée au musée, au Romain Alessandro de Pesci.


Didier Rykner, mercredi 19 juillet 2017


Notes

1Ce tableau était passé en vente à New York le 4 juin 2015.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La collection de peintures du Musée de Tatihou ravagée par les flammes

Article suivant dans Brèves : Un portrait de Maes acquis par Minneapolis