Disparition de Carmen de Tommaso (Carven)


11/6/15 - Disparition - Carmen de Tommaso, Juste parmi les Nations et commandeur de la Légion d’honneur, vient de disparaître à l’âge respectable de 105 ans. Mariée à deux reprises, dont la première fois avec le frère de l’architecte Mallet-Stevens, elle avait su se faire un nom par elle-même en prenant le pseudonyme de Carven pour diriger sa maison de couture fondée en 1945.


JPEG - 113.2 ko
1. Martin Criaerd (1689 - 1787)
Commode, vers 1745-1750
Laque polychrome, bronze doré,
marbre brèche d’Alep - 88 m x 149 x 65 cm.
Paris, Musée du Louvre
Photo : Louvre / Sébert
JPEG - 136.4 ko
2. Maître du feuillage en broderie
(actif à Bruxelles vers 1500)
La Vierge et l’Enfant entourés d’anges
Huile sur bois - 174 x 135 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMNGP/ Gérard Blot

Avec son second mari, René Grog (1893-1981), industriel et financier d’origine suisse, ils vont réunir, avec un goût très sûr, des collections qui mêlent chefs-d’œuvre du mobilier français, tapisseries, bronzes, peintures, et porcelaines de Chine. Mais, dans un geste d’une générosité devenue presque inexistante, leur amitié avec Pierre Verlet puis avec Daniel Alcouffe, conservateurs du Département des Objets d’Art du Louvre, va permettre aux musées nationaux (le Louvre et Guimet) de bénéficier, dès 1973, d’une donation sous réserve d’usufruit de leurs collections. Après le dépôt de certaines pièces en 1989, des circonstances tragiques vont amener Marie-Louise Carven à anticiper l’entrée au Louvre de la plus grande partie des collections de mobilier et d’art décoratif français, ce qui donnera lieu à l’ouverture de la salle Grog-Carven dans les nouveaux espaces du musée en 1997.

Pour donner quelques exemples de leur libéralité, nous mentionnerons la commode en placage de bois de rose ornée de magnifiques bronzes réalisée probablement par BVRB vers 1730 (actuellement non exposée !), celle en laque noire due à Martin Criaerd (ill. 1), les bas d’armoires de « marqueterie Boulle » magnifiquement réemployée par Étienne Levasseur, les trois imposants meubles de Joseph Baumauher illustrant le style grec ou le bureau plat de Montigny, de style néo-classique. Parmi les tapisseries, les objets d’art et les tableaux, se distinguent la paire de bras de lumière attribuée à André-Charles Boulle, qui provient sans doute de Blondel de Gagny, le microscope de Magny et la Vierge en Majesté du Maître du feuillage en broderie (ill. 2). L’autre singularité de la donation Grog-Carven est, bien évidemment, cet ensemble de perroquets, d’ibis, et de grues en forme de phénix, offerts, avec deux vases « mille fleurs », au Musée Guimet.


Moana Weil-Curiel, jeudi 11 juin 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Dessins de Honthorst acquis par les musées

Article suivant dans Brèves : Ribera, Pierre, Blanchard : actualité du Musée des Beaux-Arts de Rennes