Dibujos italianos del Siglo XVI. Museo del Prado Contenu abonnés


Auteur : Nicholas Turner

jpg-couverture_dibujos-jpgIl n’y a pas eu en Espagne de collectionneurs de dessins acharnés et compulsifs comme dans les autres grands pays européens. Le fonds graphique du Musée du Prado vient essentiellement de la donation de Fernando Durán de 1931, à laquelle il faut ajouter quelques feuilles de la collection royale. Parus il y a 15 ans, les catalogues de Manuela Mena Marqués étaient consacrés aux dessins italiens de l’époque baroque1, et c’est à Nicholas Turner, spécialiste incontesté de ce domaine, qu’a été confié l’étude de ceux du XVIe siècle. Puisque plusieurs catalogues raisonnés viennent de paraître2, rappelons qu’il existe deux types de situations. D’une part, des collections assez cohérentes, formées récemment, comme celles des musées américains, où moins de 200 ou 300 dessins ont été acquis sur le marché d’art en quelques dizaines d’années, sous des attributions crédibles qu’il s’agit de valider ou de compléter au regard des connaissances les plus récentes. D’autre part, des fonds entiers, inégaux, où le meilleur côtoie de vulgaires copies, où des centaines de feuilles sont placées sous des attributions fantaisistes. S’il est facile d’écarter une copie d’après Raphaël ou de Barrocci, plus difficile d’identifier un emprunt à une composition rare, que faire d’un dessin portant une annotation ancienne le donnant à un artiste obscur ou peu connu comme dessinateur ? Comme Orléans3, le Prado appartient au second cas et tout le mérite revient à Nicholas Turner d’avoir tenté de défricher ce fonds resté longtemps ignoré. Son introduction raconte de façon plaisante les séjours de divers experts à Madrid, de Philipp Pouncey et Walter Vitzthum à Mario di Gianpaolo. Pressés par le temps, ils s’arrêtaient aux dessins attribués aux artistes qu’ils étudiaient, alors que les originaux étaient parfois placés ailleurs, sous le nom d’un autre peintre ou parmi les anonymes non italiens.


JPEG - 63.7 ko
1. Giorgio Vasari (1511-1574)
Saint Luc peignant la Vierge
Plume, lavis, encre brune - 26,4 x 21,4 cm
Madrid,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Sophie Rude peintre et femme de sculpteur, une vie d’artiste au XIXe siècle

Article suivant dans Publications : Distanz und Aneignung. Relations artistiques entre la France et l’Allemagne 1870-1945