Deux nouvelles acquisitions pour Stockholm


JPEG - 121.9 ko
1. Jean-Baptiste Singry (1782 - 1824)
Portrait d’Antoine Michaut , vers 1815
Aquarelle et gouache sur ivoire - 14,5 x 10,8 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Stockholm, Nationalmuseum

17/9/15 - Acquisition - Stockholm, Nationalmuseum- Deux portraits ont récemment été acquis par le Nationalmuseum de Stockholm. L’un est une miniature représentant le comédien Antoine Michaut allias Michot (1765-1826) peint sur ivoire par Jean-Baptiste Singry (ill. 1). L’œuvre, qui a un temps fait partie de la collection d’Ernst Holzscheiter, a été adjugée 22 500 euros (frais compris) lors de la vente organisée à Paris par Sotheby’s le 1er avril 20151. Elle vient compléter la collection de miniatures, conséquente, que possède le musée.
Présenté en buste, de face, dans un cadre serré, le modèle envahit la composition : ce choix illustre bien la personnalité exubérante de Michot ou du moins du personnage qu’il joue. Il est en effet portraituré dans le costume du capitaine Copp, rôle qu’il endossa pour la pièce d’Alexandre Duval, La Jeunesse d’Henri V donnée en 1806 à la Comédie-Française. Son chapeau de travers, l’écharpe légèrement soulevée, le col un peu froissé, sont autant de détails qui animent ce portrait strict en apparence. Un dessin de Carle montre de pied en cap le comédien dans ce rôle. Michot joua aussi le personnage d’Antonio pour Le Mariage de Figaro ou encore Buller pour les Deux Frères d’August von Kotzebue.

On connaît une deuxième version de ce portrait conservée au Victoria and Albert Museum, qui fut exposée au Salon de 1819. Singry montre ici tout son talent de miniaturiste, il fait preuve à la fois d’une grande finesse d’exécution et d’un savoir-faire de peintre de grand format. Fils de Nicolas Singry, il fut l’élève de Vincent et de Jean-Baptiste Isabey, exposa régulièrement au Salon de 1806 à 1824 et portraitura le monde du théâtre, par exemple Fleury, Henry.

JPEG - 86.5 ko
Thomas Willeboirts Bosschaert (1613-1654)
Jeune garçon, vers 1644-1645
Huile sur panneau - 37.8 x 29 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Stockholm, Nationalmuseum

Autre œuvre récemment achetée par le musée, avec l’aide de l’Association des Amis, auprès de Salomon Lilian (Amsterdam) en mars dernier (ill. 2) : un jeune garçon, particulièrement charmant avec sa longue chevelure blonde et bouclée, sa petite bouche, ses yeux bleus aux paupières lourdes et sa tête penchée sur le côté. Cette étude à l’huile de Thomas Willeboirts Bosschaert date du milieu des années 1640. Il s’agit d’un modèle que le peintre a repris dans plusieurs de ses compositions, notamment Le Couronnement de la Vierge et L’Amour triomphant parmi les attributs de l’Art, de la Science et de la Guerre, un tableau peint vers 1645 en collaboration avec Paul de Vos, et justement conservé au Nationalmuseum Sotckholm.

Bosschaert se forma à Anvers auprès de Gerard Seghers puis entra à la guilde de Saint-Luc en 1636 ou 1637. Il collabora avec Rubens à la série de tableaux pour la Torre de la Parada commandés par Philippe IV d’Espagne et reçut lui-même plusieurs commandes de Frédéric-Henri d’Orange-Nassau.
Une autre version de cette tête de garçon est conservée à la Hamburger Kunsthalle, d’abord donnée à Rubens, puis Van Dyck, à Jordaens enfin. L’attribution des deux études a fait débat. Le nom de David Ryckaert III, peintre de genre et ami de Bosschaert a été proposé, qui reprend cette tête dans plusieurs de ses compositions, de même que Jan van den Hoecke (1611-1651). Mais c’est finalement l’attribution à Thomas Willeboirts Bosschaert qui s’est imposée. Carina Fryklund nous signale que la version de Stockholm aurait été peinte en premier2.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 17 septembre 2015


Notes

1L’achat de cette œuvre a été rendu possible par un don de Hedda and N.D. Qvist Fund.

2Arnout Balis « Working it out : Design Tools and Procedures in Sixteenth- and Seventeenth-Century Flemish Art », p.144, 150 n.74, in Concept, Design & Execution in Flemish Painting (1550-1700), Turnhout 2000.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une exposition de préfiguration de la Chancellerie d’Orléans

Article suivant dans Brèves : Les Rembrandt bientôt achetés en commun par le Rijksmuseum et... le gouvernement néerlandais ?