Deux nouveaux dessins pour le musée des beaux-arts de Valenciennes


JPEG - 79.7 ko
1. Jean-Baptiste Carpeaux (1800-1870)
Étude pour le Pavillon de Flore, vers 1863
Encre et mine de plomb - 45,5 x 37 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes

8/10/14 - Acquisitions - Valenciennes, Musée des Beaux-Arts - Le Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, qui vient de fermer ses portes pour une année de travaux, a acquis deux nouveaux dessins de Jean-Baptiste Carpeaux et d’Abel de Pujol auprès de la galerie La Nouvelle Athènes à Paris. Ils viennent enrichir deux fonds importants dédiés à ces artistes valenciennois déjà conservés par le musée.

L’Étude pour le Pavillon de Flore de Jean-Baptiste Carpeaux est, comme le précise la notice de la galerie, une de ses premières esquisses préparatoires pour la façade sud du Pavillon de Flore au Louvre. Elle date de 1863 ou 1864 et témoigne des grands changements de composition qui interviendront entre l’idée première et la réalisation. Si l’ordonnance triangulaire très inspirée des tombeaux de Julien et de Laurent de Médicis de Michel-Ange est conservée pour le fronton, la figure finale de la France impériale est totalement différente de celle du dessin. Au registre intermédiaire les anges ne sont plus disposés en frise mais encadrent les trois ouvertures circulaires tout comme, au registre inférieur, le bas-relief du Triomphe de Flore présente la déesse accroupie et non plus allongée. Cette esquisse rejoint de nombreux autres dessins et plâtres liés à ce programme du Louvre, qui tous permettent de suivre précisément l’évolution du projet et la méthode de travail du sculpteur. Le Musée des beaux-arts de Valenciennes, qui est avec Orsay et le Petit Palais l’un des trois plus importants fonds Carpeaux conservés, réserve une place de choix à cet artiste. Outre sa collection permanente de sculptures et les expositions temporaires qui peuvent lui être consacrées, il propose deux fois par an une nouvelle exposition dossier de ses œuvres graphiques (il conserve pas moins de 5000 feuilles).

JPEG - 289.6 ko
2. Alexandre-Denis Abel de Pujol (1785-1861)
Étude pour Dieu le père, le Christ et la Vierge, vers 1838
Mine de plomb - 22,5 x 38 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie La Nouvelle Athènes

La deuxième acquisition, une Étude pour Dieu le père, le Christ et la Vierge d’Abel de Pujol, vient compléter la collection de 90 œuvres de l’artiste néoclassique, tableaux et dessins confondus, déjà conservée à Valenciennes. Il s’agit d’une esquisse préparatoire à la décoration de l’abside de l’église Saint-Denys-du-Saint-Sacrement, une des nombreuses églises parisiennes pour lesquelles il reçut une commande. Seuls les trois protagonistes sont dessinés, insérés dans le tracé des contours de la demi-coupole, rien n’indique les personnages secondaires qui prendront place à l’arrière plan de la fresque définitive. Le motif de la frise sera lui repris à l’identique au registre inférieur. L’annotation inscrite en haut à gauche de la feuille évoque, comme le précise la notice de la galerie, le nombre des caissons du plafond et leurs coloris. Le Musée Carnavalet conserve, lui, une esquisse peinte pour cette composition. Avec cette acquisition et sur la lancée de son exposition monographique de la fin 2011, le Musée des beaux-arts de Valenciennes poursuit sa logique de réévaluation d’un artiste tombé dans un semi oubli injuste.


Julie Demarle, mercredi 8 octobre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Musée Magnin : quatre tableaux restaurés

Article suivant dans Brèves : À Fontainebleau, une technique révolutionnaire de restauration des tissus