Contenu abonnés

Deux expositions chez Alexis Bordes et Jacques De Vos

Paris, Galerie Alexis Bordes, jusqu’au 23 décembre 2021
Paris, Galerie Jacques De Vos, jusqu’au 22 janvier 2022

3/12/21 - Marché de l’art - Paris - Ouverte jusqu’au 23 décembre, l’exposition d’Alexis Bordes s’intitule Mythes et figures au temps du Grand Siècle mais nous délaisserons pour une fois le mythe afin de mieux nous concentrer sur les figures : le Gentilhomme à la cape rouge (ill. 1) qui orne la couverture du catalogue a déjà été vendu, ce qui n’a rien de surprenant tant cette effigie est séduisante et particulièrement représentative de l’art de Nicolas de Largillierre. Signé et daté de 1690 au dos de sa toile d’origine, ce beau portrait n’a pas pu être identifié mais on en connaît au moins une autre version, passée en vente publique en 1990 et reproduite dans la notice du catalogue rédigée par Mégane Ollivier. Rapproché d’un tableau conservé au Musée Thomas Henry de Cherbourg, ce Gentilhomme à la cape rouge paraît revêtir des accessoires plus que des habits tant les costumes se retrouvent d’un tableau à l’autre, de même que les perruques : Largillierre travaillait presque à la chaîne mais ne négligeait ni les carnations subtilement rendues ni les étoffes, splendides, qui drapent ses modèles.


1. Nicolas de Largillierre (1656-1746)
Portrait d’un gentilhomme à la cape rouge, 1690
Huile sur toile - 59,2 x 48,9 cm
Paris, Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l´image dans sa page
2. Nicolas de Largillierre (1656-1746)
Portrait de Madeleine Le Roux de Tilly, marquise de Courvaudon
Huile sur toile - 82,5 x 64,8 cm
Paris, Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l´image dans sa page

Le portrait de Madeleine Le Roux de Tilly, marquise de Courvaudon (1677-1705) (ill. 2) permet de constituer un faux pendant à l’effigie masculine précédemment citée et de rappeler quelle était la clientèle de Nicolas de Largillierre : loin de la Cour et de ses princesses, l’artiste fait aujourd’hui figure d’anti Hyacinthe Rigaud, à qui s’adressaient la famille royale et les aristocrates du plus haut lignage. Cette…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.