Deux esquisses de Jean-François de Troy préemptées par le Petit Palais


16/6/16 - Acquisitions - Paris, Petit Palais - Une femme empoisonnée par sa robe et des soldats issus des dents d’un dragon : aujourd’hui le Petit Palais a préempté au cours de la vente que Sotheby’s organisait à Paris, deux tableaux de Jean-François de Troy (ill. 1 et 2). Ce sont des modelli pour les cartons de l’Histoire de Jason, réalisés entre 1742 et 1743, lorsque l’artiste était à Rome, en tant que directeur de l’Académie de France.


JPEG - 85.9 ko
1. Jean-François de Troy (1679-1752)
Le combat des soldats nés des dents du serpent, 1742-1743
Tenture de l’Histoire de Jason
Huile sur toile - 55,5 x 80,5 cm
Préempté par le Musée du Petit Palais à Paris
Photo : Sotheby’’s
JPEG - 76.5 ko
2. Jean-François de Troy (1679-1752)
La Mort de Créüse, 1742-1743
Tenture de l’Histoire de Jason
Huile sur toile - 55,5 x 80,5 cm
Préempté par le Musée du Petit Palais à Paris
Photo : Sotheby’’s

Cette tenture composée de sept panneaux - ou huit si l’on inclut Le Rajeunissement d’Éson par Cédée qui fut abandonné - fut commandée en 1742 par Philibert Orry, directeur des Bâtiments du roi de 1736 à 1745, qui tenta de remettre en valeur le grand genre à la manufacture des Gobelins. Les deux peintures qui viennent d’être achetées illustrent le troisième et le sixième épisode : après avoir maîtrisé deux taureaux aux sabots d’airain et crachant du feu, pour labourer une terre aride, Jason dut semer les dents du dragon de Cadmus ; elles engendrèrent des guerriers qu’il lui fallut combattre et qui, grâce à l’aide de Médée, finirent par s’entre-tuer. Il y a une différence entre l’esquisse à l’huile et le composition finale. La première met en scène un amas de cadavres tout autour de Jason, tandis que le carton, conservé au Musée des Augustin de Toulouse, limite les morts en décrivant le combat lui-même.
Plus tard, Jason tomba épousa Créüse. Médée, pour se venger, envoya à sa rivale une robe magnifique et empoisonnée qui tua la malheureuse ainsi que le père de celle-ci. La composition cette fois-ci est très proche du carton visible à Toulouse.
Avant de concevoir cette tenture, Jean-François de Troy avait proposé l’Histoire d’Esther dont les esquisses préparatoires sont passées en vente chez Sotheby’s Paris en 2011 (voir la brève du 17/6/11).


JPEG - 368 ko
3. France, XVIIIe siècle
L’Illumination du palais Mancini à Rome
Crayon noir - 22,5 x 40 cm
Préempté par le Musée du Petit Palais à Paris
Photo : SVV P. Bergé & Associés

Remarquons que le directeur du Petit Palais, Christophe Leribault, est l’auteur de la monographie sur Jean-François de Troy parue chez Arthena en 2002. Enfin, on signalera aussi la préemption par le Petit Palais le 8 juin dernier à Drouot, chez Pierre Bergé & Associés, pour 4200 € hors les frais, d’un dessin du XVIIIe siècle par un artiste français non identifié d’une vue du Palais Mancini à Rome (ill. 3). Cet édifice était, à l’époque, le siège de l’Académie de France, là où, justement, de Troy a peint ces deux esquisses.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 16 juin 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux Restout pour Port-Royal

Article suivant dans Brèves : Le Van Gogh Museum achète un tableau de Bastien-Lepage