Contenu abonnés

Deux achats de Stockholm à Fine Arts Paris

1 1 commentaire

18/11/21 - Acquisitions - Stockholm, Nationalmuseum - Toujours très actif sur le marché de l’art parisien, le Nationalmuseum de Stockholm n’a évidemment pas manqué le retour du salon Fine Arts Paris en ce début novembre (voir l’article du 8/11/21). C’est auprès de la galerie Mendes qu’il s’est porté acquéreur de deux tableaux venus étoffer sa collection de peintures du XIXe siècle.


1. Carl Gustaf Plagemann (1805-1868)
Le retour du marin, vers 1833-1856
Huile sur toile - 73,5 x 61,5 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Galerie Mendes
Voir l´image dans sa page

Œuvre de jeunesse d’un peintre suédois qui mena l’essentiel de sa carrière en Italie, Le retour du marin (ill. 1) dote le musée d’une nouvelle toile très aboutie de la période romaine de Carl Gustaf Plagemann. Délaissant une première carrière de pharmacien à laquelle le prédestinait son père, Carl Gustaf Plagemann se forma auprès du peintre d’histoire et de portrait Frederic Westin - un artiste bien représenté dans les collections du musée - à la Kungliga Akademi för de Fria Konsterna de Stockholm de 1827 à 1831 avant de s’établir en Italie, à Florence puis à Rome jusqu’en 1852. Après deux années à Madrid, il rejoignit la Suède où, couronné de succès, il fut élu membre de l’Académie des Beaux-Arts avant de regagner Rome en 1867 où il mourut l’année suivante. Des années romaines, le musée conservait jusqu’alors un Autoportrait précoce daté de 1833, dont la scène de genre nouvellement acquise pourrait, selon Carl-Johan Olsson conservateur en charge des peintures du XIXe siècle, être contemporaine ainsi qu’un très beau paysage au clair de lune plus tardif. Si la Vendeuse italienne de fruits relève à l’évidence des thématiques transalpines chères à l’artiste, elle fut exécutée à son retour en Suède tout comme les deux scènes religieuse et mythologique également conservées par le musée, toutes trois datées des années 1860. Peint à Rome, Le retour du marin est teinté de références…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.