Dessins : un don au Louvre, deux achats de la Bnf


JPEG - 217.1 ko
1. Antonio Palomino (1655-1726)
Étude pour un homme vu de dos
Pierre noire et rehauts de
craie blanche - 400 x 265 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Galerie Artur Ramon

14/4/16 - Acquisitions - Paris, Louvre et Bibliothèque nationale de France - Comme chaque année, de nombreux conservateurs français et étrangers ont parcouru les allées du Salon du dessin et certains ont pu y enrichir leurs musées. Mais souvent, ces acquisitions sont soumises à l’avis de comités et nous ne pourrons pas en parler avant que les ventes ne soient définitivement conclues.

Signalons déjà toutefois un achat, et un don. Le don, c’est celui au département des Arts Graphiques du Louvre par Artur Ramon (de la galerie Artur Ramon Fine Art) associé à Christophe Defrance, d’une feuille de l’espagnol Antonio Palomino (ill. 1), une étude à la pierre noire rehaussée de craie blanche d’un homme debout tournant le dos (ill. 1). Le musée, qui ne possédait aucun dessin de cet artiste, avait le choix entre celui-ci et un autre du même Palomino, à la sanguine, préparatoire à un Baptême du Christ. Palomino, un élève de Valdés Leal, était un fresquiste renommé (il a peint, par exemple, la coupole de la cathédrale de Valence). Il est également connu comme historien de la peinture baroque espagnole avec un ouvrage en trois tomes El museo pictórico y escala óptica, publié entre 1715 et 1724.
Il est à noter qu’Artur Ramon et Christophe Defrance se sont engagés à renouveler chaque année ce geste généreux d’offrir un dessin espagnol au Louvre.

Parmi les achats dont nous pouvons parler dès à présent, on notera celui par la Bibliothèque nationale, chez Talabardon & Gautier, d’une œuvre de Jean-Baptiste Isabey (ill. 2), un projet de décor pour « Les Abencérages, ou l’Étendard de Grenade », un opéra de Luigi Cherubini, sur un livret d’Étienne Jouy, créé en 1813 au théâtre Montansier, détruit en 1820 et qui se trouvait à l’emplacement du square Louvois, devant la Bibliothèque. Outre Isabey, auteur des décors, un autre artiste de renom, François-Guillaume Ménageot, dessina les costumes, dont la Bibliothèque nationale conservait déjà sept dessins à la pierre noire et à l’aquarelle.


JPEG - 463.3 ko
2. Jean-Baptiste Isabey (1767-1855)
Un champ clos, au fond les remparts de Grenade,
projet de décor pour Les Acembérages ou l’Étendard de Grenade
(acte III, 2è tableau)
, 1812
Plume, encre de Chine et aquarelle - 30,5 x 46 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France
Photo : Didier Rykner
JPEG - 355.5 ko
3. François-Joseph Bélanger (1744-1818)
Projet pour le château d’Artois à Saint-Germain-en-Laye
Plume et encre noire, aquarelle, rehauts
de gouache - 48,5 x 88,5 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France
Photo : Artcurial

Cette institution, dans les derniers jours de la présidence de Bruno Racine, a continué à être active dans le domaine des acquisitions, puisque la même semaine que le Salon du dessin, elle préemptait lors de la vente Artcurial du 31 mars 2016, pour 25 000 euros (hors frais) le très beau (et grand) dessin de François-Joseph Bélanger représentant un Projet pour le château d’Artois à Saint-Germain-en-Laye (ill. 3). Louis XVI ayant donné en 1777 à son frère, le comte d’Artois, futur Charles X, le château de Saint-Germain-en-Laye, celui-ci avait pour projet de tout raser et de confier la construction d’un nouvel édifice à Bélanger. Celui-ci produisit plusieurs projets mais aucun ne fut finalement construit. Le dessin acquis par la Bnf est l’un d’eux, tandis que deux autres sont conservés au Musée municipal de Saint-Germain-en-Laye1.


Didier Rykner, jeudi 14 avril 2016


Notes

1Rappelons que ce musée est scandaleusement fermé depuis 1979.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une toile de Berckheyde pour le Muiderslot

Article suivant dans Brèves : Deux toiles de Lubin Baugin préemptées par le Musée des Beaux-Arts de Nancy