Des tableaux de Theodoor Van Loon en restauration pour une prochaine rétrospective


JPEG - 312.4 ko
1. les tableaux de Theodoor Van Loon dans l’atelier de l’IRPA
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

12/6/17 - Restaurations - Bruxelles - L’IRPA, Institut Royal du Patrimoine Artistique à Bruxelles, est une institution fédérale dont le rôle est triple : étude des œuvres d’art, restaurations, et enfin recherche et documentation. Il y a quelques années, les restaurations étaient effectuées gratuitement pour les objets appartenant aux musées et aux églises belges. Depuis, ce modèle a changé, chaque restauration étant facturée au propriétaire, souvent pour le patrimoine public avec l’aide du mécénat, notamment celui de la Fondation Roi Baudouin. Faisant face à une baisse de ses budgets, l’IRPA doit également s’ouvrir à la restauration pour des propriétaires privés, en principe d’œuvres importantes pour l’histoire de l’art. Il faudra que nous revenions un jour sur son fonctionnement et sur le rôle essentiel que joue cettte institution pour le patrimoine belge.

Nous nous attarderons seulement ici sur une campagne de restaurations actuellement en cours (ill. 1), qui prépare une exposition qui aura lieu au Palais des Beaux-Arts, l’année prochaine. Il s’agit de la première rétrospective du peintre Theodoor Van Loon1 qui s’efforcera de replacer celui-ci dans le contexte de la peinture bruxelloise de son époque2. Nous avons pu ainsi visiter l’atelier où plusieurs toiles de l’artiste sont actuellement en cours de traitement.
Comme Rubens, son aîné de seulement quatre ans, Van Loon a longuement séjourné en Italie (voir aussi la brève du 26/11/11). Son art fut profondément marqué par de nombreuses influences, de Federico Barocci à Caravage, en passant par les Carrache et leur école, mais il fut également influencé par Rubens tout en conservant en général un caractère plus classique à ses compositions. Ses œuvres, aux figures robustes, sont suffisamment caractéristiques pour être faciles à reconnaître.


JPEG - 313.5 ko
2. Theodoor Van Loon (vers 1582-1649)
Pietà avec saint Jean et Marie-Madeleine
en cours de restauration)
Huile sur toile - 203 x 124 cm
Bruxelles, église Saint-Jean-Baptiste
au Béguinage
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 298.4 ko
3.Theodoor Van Loon (vers 1582-1649)
La Sainte-Trinité avec la Vierge, saint Jean-Baptiste
et des anges musiciens
, 1623
Huile sur toile - 300 x 200 cm
Bruxelles, église Saint-Jean-Baptiste
au Béguinage
Photo : IRPA-KIK, Bruxelles
Voir l'image dans sa page

Parmi celles que nous avons pu voir dans l’atelier de restauration se trouvent plusieurs tableaux provenant de l’église Saint-Jean-Baptiste au Béguinage, à Bruxelles, véritable musée Van Loon qui a bénéficié en 1981 d’une monographie3. Une grande Annonciation, une Pietà avec Marie-Madeleine et saint Jean-Baptiste (ill. 2) et La Sainte Trinité avec la Vierge, saint Jean-Baptiste et des anges musiciens (ill. 3), l’un de ses chefs-d’œuvre.


JPEG - 307.1 ko
4. Theodoor Van Loon (vers 1582-1649)
Sainte Thérèse d’Avila devant la Trinité (en cours de restauration)
Bruxelles, Carmel de Saint-Gilles
Huile sur toile - 98 x 135 cm
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 345.8 ko
5. Melchior de la Mars
L’Extase de sainte Marie-Madeleine
Huile sur toile - 111,6 x 86,5
Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts
Photo : Sailko (CC BY 3.0)
Voir l'image dans sa page

Un quatrième tableau, L’Ange libérant saint Pierre de prison (visible sur l’ill. 1), outre sa qualité, montre la proximité entre Van Loon et un autre artiste bruxellois, encore moins connu, Melchior de la Mars qui sera également présenté dans l’exposition. On peut ainsi comparer l’ange avec celui qui figure sur le tableau le plus connu de ce dernier, dont plusieurs versions subsistent, La Mort de la Madeleine (ill. 4).
On pouvait voir dans l’atelier de l’IRPA, également en cours de restauration, un tableau de jeunesse jamais exposé qui sera également présenté dans cette exposition qui aura lieu entre septembre 2018 et janvier 2019.


Didier Rykner, lundi 12 juin 2017


Notes

1Le commissaire de cette exposition est Sabine van Sprang.

2Notons que David Bronze prépare parallèlement le catalogue raisonné de l’artiste. Il est étonnant qu’il n’ait pas été sollicité pour l’exposition.

3Sous la direction de Denis Coekelberghs, assisté de Pierre Loze, L’église Saint-Jean-Baptiste au Béguinage à Bruxelles, 1981, Bruxelles.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une esquisse de la Charité de Laemlein achetée par la Piscine de Roubaix

Article suivant dans Brèves : Une vente chez Sotheby’s Paris