Chronique Semaine de l’Art n° 28 : Des DRAC impuissantes ? Contenu abonnés


Ce texte est la transcription de la chronique de l’émission La Semaine de l’Art n° 28 du 2 octobre 2014. La retranscription est accessible seulement aux abonnés.

JPEG - 144.8 ko
La façade de l’hôtel de Salm défigurée par une verrière
Photo : Didier Rykner

On ne sait exactement où en est la loi sur le patrimoine que voulait faire passer Aurélie Filippetti et dont le vote s’est vu reporté de mois en mois. Nous avons souvent dit sur La Tribune de l’Art que ce projet nous paraissait dangereux car il détricotait des textes a priori très efficaces, pour reconstruire une loi un peu bancale et qui, surtout, risquait d’être amendée par le parlement d’une telle manière qu’il finisse par la vider de sa substance et aboutisse à un texte laissant le champ libre aux démolisseurs.
Nos lois patrimoniales ont en effet longtemps fait la preuve de leur efficacité, au moins pour ce qui concerne les monuments protégés. Elles servent d’ailleurs souvent d’exemples à l’étranger et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Chroniques : Chronique de l’art n° 27 : Le journalisme engagé de La Tribune de l’Art

Article suivant dans Chroniques : Paris, capitale mondiale de l’art ?