Dernières nouvelles de l’Hotel Lambert


11/7/13 - Patrimoine - Paris, Hôtel Lambert - Si le Cabinet des bains d’ Eustache Le Sueur est hélas totalement détruit, nous avons eu ce matin des nouvelles très rassurantes de l’état de la Galerie d’Hercule. A partir du quai d’Anjou, nous avons pu filmer une partie de l’extrémité de ce chef d’œuvre de Charles Le Brun qui confirme, au moins partiellement, cette information. Ces éléments apparaissent intacts, n’ayant pas été détérioré ni par l’eau, ni par la fumée. Le propriétaire de l’hôtel ayant voulu faire des pièces d’habitation au dessus de la galerie, une surface étanche a été installée pendant les travaux. Même si celle-ci n’était pas prévue pour empêcher un afflux d’eau aussi important que celui des lances d’incendie, il est probable que ce système a permis d’éviter le pire.
Les images sont mauvaises en raison de la grande luminosité et de la difficulté du point de vue, mais elles sont parlantes.



Galerie Hercule de l’Hôtel Lambert, après l... par latribunedelart


Par ailleurs, certaines rumeurs qui se répandent sur internet et ailleurs, qui semblent provenir directement de personnes travaillant sur le chantier, insinuent que le feu ne serait pas né dans l’Hôtel Lambert mais proviendrait du 7 quai d’Anjou, immeuble qui jouxte l’aile qui s’est enflammée. On comprend les raisons qui peuvent pousser certains à affirmer cela, mais c’est faux. Nous avons pu entrer sans problème au 7 quai d’Anjou et ce bâtiment est intact à tous les étages y compris dans les combles (utilisés comme bureaux) d’où l’on voit parfaitement le toit de l’Hôtel Lambert largement détruit. Il n’y a eu aucun départ de feu dans cet immeuble. D’ailleurs aucun policier ni pompier n’en interdisait l’accès. Nous devrions pouvoir publier bientôt de nouvelles informations sur l’incendie de l’Hôtel Lambert.


Didier Rykner, jeudi 11 juillet 2013





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un portrait de Wertmüller pour le Nationalmuseum de Stockholm

Article suivant dans Brèves : Eglise de Gesté : le droit cède à la force