Denis Georges Bayar (1690-1774), architecte et sculpteur namurois. Edition et analyse de son "Grand Registre" Contenu abonnés


Auteurs : Jacques Toussaint, Francis Tourneur, Jean-Louis Van Belle, Jean-Louis Javaux

Ce que l’on appelle le « Grand Registre » de Bayar est un manuscrit de 250 pages, en mains privées, qui se voit ici publié in extenso. Son édition, qui respecte la mise en page de l’original, est très soigneusement annotée et accompagnée des notices biographiques des différentes artistes, artisans et hommes de métier dont le nom apparaît au fil du document.

JPEG - 13.5 ko

Il y a peu, nous soulignions sur ce site la rareté des travaux consacrés à la sculpture dans les anciens Pays-Bas méridionaux et nous saluions l’initiative qui consistait à faire le point sur les développements que connut cet art à Malines à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle tout en mettant en évidence les richesses d’un musée local. L’actualité éditoriale oriente cette fois nos regards vers un autre patrimoine : celui conservé dans les églises de Belgique. Mais avant d’y venir, voyons d’abord en quoi consiste l’ouvrage consacré à Denis-Georges Bayar, sorti récemment de presse.
Ce que l’on appelle le « Grand Registre » de Bayar est un manuscrit de 250 pages, en mains privées, qui se voit ici publié in extenso. Son édition, qui respecte la mise en page de l’original (une prouesse typographique !), est très soigneusement annotée et accompagnée des notices biographiques des différentes artistes, artisans et hommes de métier dont le nom apparaît au fil du document. Plusieurs contributions introduisent le sujet. De fort intéressants articles, principalement ceux de J. Toussaint, de J.-L. Van Belle et de J.-L. Javaux, après un utile survol historiographique concernant Bayar, analysent soigneusement et sous tous les angles le contenu du Registre dont la compréhension est loin d’être simple pour un lecteur non averti. Une contribution fait aussi le point sur les opérations financières et le patrimoine immobilier du personnage tel qu’il ressort de l’étude du manuscrit. Des tables de noms de personnes et de lieux facilitent la consultation. De nombreuses illustrations de qualité agrémentent la publication et ajoutent encore à son intérêt. Un essai d’inventaire de l’œuvre de Bayar, établi par J.-L. Javaux, achève l’ouvrage. Le Grand Registre est une sorte de journal et de livre de compte dans lequel Bayar notait ses commandes, ses entrées, ses dépenses, les contrats avec les sous-traitants, ses achats d’outils et de matériaux, les salaires versés à ses ouvriers, en somme une infinité de renseignements qui donnent une image exceptionnellement détaillée de la vie professionnelle d’un artisan. Nous utilisons ce mot à dessein, car Bayar, n’est pas un créateur : sa personnalité est celle d’un habile menuisier et d’un adroit tailleur de pierre qui apporte sa contribution efficace à la réalisation de nombre de meubles liturgiques en cette période de calme politique et de richesse relative que connurent les Pays-Bas méridionaux. Il s’inscrit ainsi dans ce vaste mouvement qui vit, sur le territoire de l’actuelle Belgique, d’innombrables églises et abbayes se doter de décors parfois opulents et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Dictionary of pastellists before 1800

Article suivant dans Publications : Deux livres sur le Seicento florentin